Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/381

Cette page n’a pas encore été corrigée


365
DIX SEPTIÈME PROVINCIALE


pas à rapporter. D'où vient donc, mon Pere, que dans une mesme cause, vos Peres sont catholiques, et vos adversaires heretiques ? Et par quelle estrange exception les privez-vous d'une liberté que vous donnez à tout le reste des fideles?

Que direz-vous sur cela, mon Pere ? Que le Pape a confirmé sa Constitution par un bref¹ ? Je vous répondray que deux Conciles generaux et deux Papes ont confirmé la condamnation des lettres d'Honorius. Mais quelle force pretendez-vous faire sur les paroles de ce Bref, par lesquelles le Pape declare, Qu'il a condamné la doctrine de Jansenius dans ces 5. Propositions. Qu'est-ce que cela ajoùte à la Constitution, et que s'ensuit-il de là, sinon que comme le VI. Concile condamna la doctrine d'Honorius, parce qu'il croyoit qu'elle estoit la mesme que celle des Monothelites ; de mesme le Pape a dit, qu'il a condamné la doctrine de Jansenius dans ces cinq Propositions ; parce qu'il a supposé qu'elle estoit la mesme que ces cinq Propositions. Et comment ne l'eust-il pas creû ? Vostre Societé ne publie autre chose ²partout ; et vous-mesme, mon Pere, qui avez dit qu'elles y sont mot à mot, vous estiez à Rome au temps de la Censure ; car je vous rencontre ³toujours. Se fust-il défié de la sincerité ou de

__________________________________________________________

1. Ce bref est celui que le pape adressa aux évèques de France le 29 septembre 1654.

2. PP'AB. partout, a été supprimé; il avait été barré par une correction manuscrite dans de nombreux exemplaires de P.

3. PP'AB. [partout] ; cette correction avait été faite à la main dans les mêmes exemplaires primitifs. — Le Père Annat était à cette époque assistant de France auprès du général des Jésuites.