Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/370

Cette page n’a pas encore été corrigée


354
ŒUVRES


question de sçavoir par exemple, si Jesus-Christ n'est mort que pour les Predestinez. Ils condamnent cela aussi bien que vous : mais si Jansenius est de ce sentiment là, ou non. Et c'est sur quoy je vous declare plus que jamais que vostre dispute me touche peu, comme elle touche peu l'Eglise. Car encore que je ne sois pas Docteur, non plus que vous, mon Pere, je voy bien neantmoins qu'il n'y va point de la foy ; puisqu'il n'est question que de sçavoir quel est le sens de Jansenius. S'ils croyoient que sa doctrine fust conforme au sens propre et litteral de ces Propositions, ils la condamneroient; et ils ne refusent de le faire que parce qu'ils sont persuadez qu'elle en est bien differente : ainsi quand ils l'entendroient mal, ils ne seroient pas heretiques; puisqu'ils ne l'entendent qu'en un sens catholique.

Et pour expliquer cela par un exemple je prendray la diversité de sentimens qui fut entre saint Basile, et saint Athanase touchant les Escrits de saint Denis d'Alexandrie¹, dans lesquels saint Basile croiant trouver le sens d'Arius contre l'égalité du Pere et du Fils, il les condamna comme heretiques : mais S. Athanase au contraire y croiant trouver le veritable sens de l'Eglise, il les soùtint comme catholiques. Pensez vous donc, mon Pere, que S. Basile qui tenoit ces Escrits pour Ariens, eust droit de traiter S. Athanase d'heretique, parce qu'il les defen-

____________________________________________________________

1. N'y aurait il pas là une confusion faite par Pascal entre deux discussions différentes ? Cf. les extraits de l'Apologie pour Saint-Cyran d'Arnauld, supra p. 322 sq.