Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/339

Cette page n’a pas encore été corrigée


323
DIX SEPTIÈME PROVINCIALE. — INTRODUCTION


les Catholiques l'accuserent envers le Pape Denys d'avoir escrit contre la Foy. Le Pape assembla pour ce sujet un Concile à Rome : Et le Saint luy envoya une Apologie, où il monstra qu'il estoit tres-Catholique. Saint Athanase (de sent. Dionysii) l'a loüé comme tres-Orthodoxe, et a declaré qu'il avoit expliqué dans ses escrits, ce qu'il avoit dit d'ambigu en un endroit (Baron, to. 2. an. 263. et sqq.)

Saint Basile fut accusé par les Ariens d'avoir escrit à Apollinaire Heresiarque : dont il se justifie en disant qu'il ne sçavoit pas qu'il fust Heretique, parce qu'il n'avoit pas encore esté condamné. Le mesme Saint preschant contre l'Heresie des Sabelliens, et ayant parlé de trois Hypostases, ou Subsistences, quelques-uns de ses Auditeurs, qui venoient pour le reprendre plustost que pour s'instruire, l'accuserent de tenir trois Dieux. Et ce bruit se respandit de telle sorte qu'il fut obligé de tesmoigner publiquement dans un Sermon, qu'il condamnoit cette erreur, et qu'il suivoit la Tradition en tout, se servant de ces paroles : Le Sauveur l'a enseigné; les Apostres l'ont presché; les Peres l'ont observé; les Martyrs l'ont confirmé; Qu'il vous suffise de dire ce que vous avez appris (Baron,to. 4. an. 371. circa med. Basil, ep. 82. ad Patrophilum. — Ibid. orat. contr. Sabell.) [p. 354].

[ARNAULD]. — Lettre d'un Docteur en Theologie à une Personne de Condition et de Pieté, sur le sujet de l'Apostasie du sieur Jean Labadie, etc. s. I. 1651, 103 p. in-4°.

p. 19 ... Il faut que vous sçachiez, Monsieur, qu'ils ont eu le front de nous vouloir rendre coupables de la mort funeste d'un Prestre Missionnaire¹, homme de visions et de revelations

________________________________________________________________

1. Le Père Etienne Mester, oratorien; l'accusation, avancée par Habert, fut reprise plus tard par Brisacier; il parle dans la 4e partie de son livre, p. 1. de « Mester vostre premier Martyr, qui meurt en desesperé et se sacrifie en holocauste de sa propre main, selon l'instruction diabolique qu'il avoit apprise de Saint Cyran en son livre du Cas Royal ». Rapin la publie à nouveau (Mémoires, T. I, p. 223-224).

Voir également Beurrier, Mémoires publiés dans Jovy, Pascal inédit.