Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/289

Cette page n’a pas encore été corrigée


273
SEIZIÈME PROVINCIALE


de ceux qui l'ont receu. Elle les considere comme s'ils n'estoient plus Prestres ou Evesques. De sorte que selon le langage ordinaire de l'Eglise, on peut dire qu'ils ne le sont plus, quoy qu'ils le soient toùjours quant au caractere : ob indelebilitatem caracteris. Vous voyez, mes Peres, que cét Auteur approuvé par trois assemblées generales du Clergé de France¹, dit clairement que le caractere de la Prestrise est ineffaçable : et cependant vous luy faites dire tout au contraire en ce lieu mesme, 'que le caractere de la Prestrise n'est pas ineffaçable. Voilà une insigne calomnie, c'est à dire selon vous, un petit peché veniel. Car ce livre vous avoit fait tort ayant refuté les heresies de vos confreres d'Angleterre touchant l'authorité Episcopale. Mais voicy une insigne extravagance, ²et un gros peché mortel contre la raison. C'est qu'ayant faussement supposé que M. de S. Cyran tient que ce caractere est effaçable, vous en concluez qu'il ne croit donc pas la presence reelle de Jesus-Christ dans l'Eucharistie.

N'attendez pas que je vous réponde là dessus, mes Peres. Si vous n'avez ³pas de sens commun, je ne puis pas vous en donner. Tous ceux qui en ont se moqueront assez de vous, aussi bien que de vostre troisiéme preuve, qui est fondée sur ces paroles de la Freq.com. 3. p. ch. II⁴. Que Dieu nous donne

___________________________________________________________

1. W. ...publicé probavit, et summis extulit laudibus.

2. B. et un gros... raison, manque; W. n'a pas traduit ces mots.

3. B. [point].

4. Cf. ce texte de la Fréquente Communion, supra p. 241. Toute


2e série. III 18