Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/269

Cette page n’a pas encore été corrigée


253
SEIZIÈME PROVINCIALE. — INTRODUCTION


que s'ils estoient en leur communion, ne croyant pas la presence reelle du Corps de Jesus-Christ sous les especes, ils ne pourroient deferer à ce Sacrement le mesme honneur que les Catholiques luy deferent (à quoy toutesfois ils seroient contraints), sans commettre une Idolatrie insupportable, rendant à la creature ce qui n'est deu qu'au Createur [p. 268].


F. — TEXTE SIGNALÉ PAR LES CURÉS DE PARIS


MASCARENAS ¹. — R.P. Emmanuelis Mascarenhas. s.j. Tractatus de Sacramentis in genere, Baptismo, Confirmatione, Eucharistia, nec non de Sacrificio Missæ. Lutetiæ, Cramoisy, 1656 (privilège du 20 mars).

Tr. IV. De Sacro sancto Eucharistiæ Sacramento. disp. 5. De subjecto, usu, et dispositione ad recipiendum sanctissimum Eucharistiæ Sacramenlum. c. 7. Utram pollutio impediat sumptionem Eucharistiæ.


_______________________________________________________________

1. Emmanuel Mascarenhas, jésuite portugais (1604-1654). — Cette longue citation se trouve dans la Suite de l'Extrait de plusieurs mauvaises propositions de nouveaux Casuistes recueillies par Messieurs les Curés de Paris et présentées à Nosseigneurs de l'Assemblée du Clergé le 24. Novembre 1656. Elle est précédée de ce titre et de cette note :

« Extrait de Quelques Propositions d'un nouvel Auteur Jesuite nommé Mascarenhas, imprimé chez Cramoisy en cette année 1656 et qui ne se vend que depuis le mois d'Octobre.

« (Ce livre est dédié à la Vierge, et l'Auteur declare qu'il y enseigne ce qu'il a appris d'elle comme de sa maîtresse, et que c'est elle aussi qui luy a inspiré de le composer. On pourra juger par quelques-unes de ces decisions, si c'est un ouvrage digne de ces inspirations pretendues, et de la pureté de celle à qui il est addressé.)

« Qu'un Laïque, ou un Prestre, estant tombé dans quelque sorte d'impureté que ce soit, mesme contre la nature, peut sans le moindre peché veniel, et mesme convenablement, communier le jour mesme apres s'en estre confessé ; Que s'il y a eü autrefois des loix de l'Eglise contraires à cela, elles sont abrogées par la coustume contraire de toute la terre. Que le Confesseur ne doit point conseiller à son pénitent de s'abstenir de la communion le jour mesme qu'il est tombé dans ces crimes. Et que le vœu que quelqu'un en feroit, seroit nul. » (Mascarenhas. Tr. 4- de sacros. Euch. Sacram. Disp. 5. c. 7.)