Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/262

Cette page n’a pas encore été corrigée


246
ŒUVRES


Theologiens, à qui ils font joüer des personnages, non de chrestiens ny d'hommes, mais de Mahometans et de Demons, en leur mettant dans le cœur et dans la bouche des desseins abominables de détruire l'Incarnation du Fils de Dieu, l'Evangile, tous les Sacremens, et tous les autres mysteres de la Religion chrestienne¹: où pour deshonorer le maistre avec ses disciples et porter leur bouche contre le ciel, il veulent que S. Augustin², que toute l'Eglise depuis douze Siecles a tousjours regardé comme le plus fort appuy des veritez chrestiennes et catholiques, ait esté choisi par ces fantastiques consulteurs comme le Docteur de l'Eglise le plus propre pour les renverser et détruire toutes, et pour establir le Déisme³ sur les ruines du christianisme ; et où enfin pour couronner leur

_____________________________________________________________

1. « Que le premier designé après avoir fait entendre à l'Assemblée, qu'il estoit temps que les sçavans et pleinement illuminez détrompassent les peuples : qu'il estoit necessaire de leur dévoiler les yeux, et de commencer leur instruction par la destruction des mysteres (dont la creance est illusoire et inutile) et particulierement de celuy de l'Incarnation, qui estoit comme la baze et le fondement de tous. Les autres tesmoignerent qu'il n'estoit pas à propos de se découvrir si-tost : qu'il falloit user d'autres moyens plus specieux, par lesquels enfin on pùst parvenir à la ruine de l'Evangile, sans qu'on s'en pûst appercevoir, et en leur laissant tirer des consequences qui ruineroient facilement l'Evangile, les mysteres, et les sacremens. Car, disoient-ils, à quoy bon un Redempteur ? à quoy des Sacremens ? à quoy tous ces conseils evangeliques ? Ibid. p. 7. 8. 11 » (citation donnée par Arnauld).

2. « Pour parvenir à leur dernier dessein de DEISTES, qu'ils n'osoient faire eclore si-tost, d'autant que de tous les Docteurs de l'Eglise il n'y en a aucun qui ait donné tant d'essor à son esprit que S. Augustin, et dont l'on puisse mieux abuser des passages mal expliquez, il fut resolu, qu'ils se diroient tous deffenseurs de la doctrine de S. Augustin : que son autorité serviroit de voile à leur nouvelle doctrine et de piège pour surprendre les foibles esprits. Ibid. p. 12. et 13 » (citation donnée par Arnauld).

3. « Cette Assemblée estoit un conventicule contre la personne sacrée de JESUS-CHRIST. Et si depuis, cette nouvelle doctrine a pris le nom de Jansenistes, ce n'est qu'un nom d'écorce et d'exterieur, et la veritable denomination qui leur appartient est celle de DEISTES, leur secrette intention et la finalle estant d'introduire la seule creance d'un Dieu, sans Evangile, et sans Redempteur, et d'abolir la foy du Sacre-