Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/258

Cette page n’a pas encore été corrigée
242
ŒUVRES

sincere, et y ont veü tous les exercices de la pieté catholique et religieuse si saintement pratiquez, qu’elles avoient toutes dans le cœur cette parole d’un grand Patriarche dans l’Escriture : Dieu est veritablement en ce lieu, et je ne le sçavois pas (Genes. 28. 16.).

Elles ont esté surprises de reconnoistre, que celles qu’elles avoient veü dépeintes dans les livres et dans les discours de la médisance, comme infectées d’heresie, comme des Incommuniantes, des Asacramentaires, des Vierges folles, qui avoient banny de leur maison les saintes Images, l’eau beniste, le chapellet, et de leur devotion aussi bien que de leur creance l’invocation de la Vierge et des autres Saints. [Le Jansenisme confondu par le Pere Brisacier Jesuite 4. part. p. 6. ibid. I part. p. 15. et 16. ibid. 4. part. p. 24], et qui affectoient en toutes choses, une extravagante et schismatique singularité ; estoient toutes autres en elles-mesmes, et au dedans de leur Monastere, qu’on ne les leur avoit representées au dehors ; que la verité qui reluisoit dans toute leur discipline, leurs actions, leurs paroles, leurs pratiques, leurs personnes, leur Église, leur maison, effaçoit toutes les fausses et noires peintures, que l’on avoit faites d’elles : qu’on y voyoit par tout des images, de l’eau beniste, des chapelets, que la calomnie seule leur avoit ostez : qu’il n’y avoit gueres de Monasteres dans le royaume, où la sainte Vierge fust plus religieusement invoquée et dans leur Office public, et dans leurs devotions particulieres : où tous les Saints fussent priez avec plus de foy et plus de zele, et où le Saint des Saints reposant sur nos autels dans le mystere auguste de l’Eucharistie fust adoré avec plus d’assiduité et plus de ferveur, et receu plus devotement et plus frequemment qu’il l’est dans cette maison, qui a le bonheur de luy estre singulièrement consacrée.

Et enfin qu’elles n’y avoient reconnu pour l’esprit et pour la conduite que les vertus qui se pratiquent dans les Monasteres bien reformez, sçavoir une charité desinteressée, une pauvreté de cœur et d’affection, un veritable amour pour la retraite et pour le silence, et une fuite perpetuelle des entre-