Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/249

Cette page n’a pas encore été corrigée


233
SEIZIÈME PROVINCIALE. — INTRODUCTION


qui est un horrible blaspheme, que le Port-Royal avance en ces termes, que Dieu ayme autant en cette occasion, le Sacrifice de la patience, que celuy de la misericorde [p. 270 sq.].

p. 28. ...C'est croire enfin, comme dit le mesme Port-Royal en sa Lettre circulaire, que le Concile de Trente n'estoit pas œcumenique, et n'estoit composé que de Moines violets, et autres [15e Pr., p. 204].

p. 29. [Après avoir cité un passage du Petrus Aurelius, p. 89] ....Geneve rejette le Caractere ineffaçable du Sacerdoce, et en fait le sujet de ses bouffonneries avec Calvin... Geneve se declare encore contre le Caractere ineffaçable du Sacerdoce par la plume de Du Moulin... Rome au contraire se declare pour le Caractere ineffaçable du Sacerdoce contre Geneve dans les Canons du Concile de Trente...

Il est maintenant facile de cognoistre si le Port-Royal tient le party de Geneve, ou facile de juger s'il est de la creance de l'Eglise Romaine, si on croit dans le Port-Royal, que le Prestre ordonné par un Evesque qui n'a point de Jurisdiction, soit un vray Prestre et ait le pouvoir de consacrer, et que le corps de Jesus-Christ soit present d'une vraye presence locale sous les accidens du pain consacré par un Prestre degradé [p. 272 sq.].

p. 34. ...Je sçay bien que l'auteur de l'Apologie pour Saint Cyran se plaint de ce que quelques plumes ont reproché à cét Abbé, qu'il enseignoit, ou dans son Chappellet secret du Saint Sacrement, ou dans quelques instructions particulieres, qu'il estoit loisible à une ame, de desirer d'estre privée à la mort de la Communion du corps du Fils de Dieu, pour imiter le desespoir du mesme Fils de Dieu en Croix, lors qu'il fut abandonné de son Pere [p. 272].

Je sçay bien qu'on asseure, que par le conseil des Prestres de Port-Royal, un homme de qualité, assez cognu, et par ses merites, et par sa Charge, qui estoit grand Janseniste, mourut à Paris, sans recevoir le Saint Sacrement, ayant renoncé à ce sacré Viatique, pour mourir, comme ces Prestres luy faisoient entendre, plus sainctement.