Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/223

Cette page n’a pas encore été corrigée


207
QUINZIÈME PROVINCIALE


que ces disputes sont scandaleuses. Il est vray que c'est exciter un scandale horrible, que ¹de m'imputer un crime tel que l'heresie, et de me rendre suspect de plusieurs autres. Mais je ne fais que remedier à ce scandale en soutenant mon innocence.

En verité, mes Peres, vous voilà malmenez; et jamais homme n'a esté mieux justifié. Car il a fallu que les moindres apparences de crime vous ayent manqué contre luy ; puisque vous n'avez point répondu à un tel defy. Vous avez quelquefois de fascheuses rencontres à essuyer; mais cela ne vous rend pas plus sages. Car quelque temps aprés vous l'attaquastes encore de la mesme sorte sur un autre sujet ; et il se défendit aussi de mesme p. 151² en ces termes : Ce genre d'hommes qui se rend insupportable à toute la Chrestienté, aspire sous le pretexte des bonnes œuvres aux grandeurs et à la domination, en détournant à leurs fins presque toutes les loix divines, et humaines, positives, et naturelles. Ils attirent ou par leur doctrine, ou par crainte, ou par esperance, tous les grands de la terre, de l'autorité desquels ils abusent pour faire reüssir leurs detestables intrigues. Mais leurs attentats, quoyque si criminels, ne sont ny punis, ny arrestez ; ils sont recompensez au contraire ; et ils les commettent avec la mesme hardiesse que s'ils rendoient un service à Dieu. Tout le monde le reconnoist, tout le monde en parle avec execration ; mais il y en a peu qui soient capables de s'opposer à une si puissante

___________________________________________________________

1. B. de, manque.

2. W. ajoute : et 152.