Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/205

Cette page n’a pas encore été corrigée


189
QUINZIÈME PROVINCIALE


trine est si constante parmy vous, que quiconque l'ose attaquer, vous le traittez d'ignorant et de temeraire.

C'est ce qu'a éprouvé depuis peu le P. Quiroga, Capucin Alleman, lorsqu'il voulut s'y opposer. Car vostre Pere Dicastillus l'entreprit incontinent; et il parle de cette dispute en ces termes, de Just. l. 2. tr. 2. disp. 12. n. 404¹. Un certain Religieux grave, piednu, et encapuchonné, cucullatus gymnopoda, que je ne nomme point, eut la temérité de décrier cette opinion parmy des femmes et des ignorans, et de dire qu'elle estoit pernicieuse et scandaleuse, contre les bonnes mœurs, contre la paix des Estats et des Societez, et enfin contraire non seulement à tous les Docteurs catholiques, mais à tous ceux qui peuvent estre catholiques. Mais je luy ay soûtenu, comme je soûtiens encore, que la calomnie lors qu'on en use contre un calomniateur, quoy quelle soit un mensonge, n'est point neantmoins un péché mortel ny contre la justice ny contre la charité : et pour le prouver je luy ay fourny en foule nos Peres, et les universitez entieres qui en sont composées, que j'ay tous consultez, et entr autres le R. Pere Jean Gans Confesseur de l'Empereur, le R. P. Daniel Bastele Confesseur de l'Archiduc Leopold, le P. Henry qui a esté Precepteur de ces deux Princes, tous les Professeurs publics et ordinaires de l'Université de Vienne (toute composée de Jesuites) tous les Professeurs de l'Université de Grats (toute de Jesuites) tous les Professeurs de l'Univer-

___________________________________________________________

1. W. la référence manque. — Cf. le texte de Dicastillo, cité d'après Wendrock, supra p. 177 sqq.