Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/137

Cette page n’a pas encore été corrigée


QUATORZIÈME PROVINCIALE. — INTRODUCTION 121

Aussi la plupart des textes utilisés par Pascal pour ces questions ont-ils été cités dans les introductions qui précèdent ces deux écrits. Nous trouvons en outre une longue discussion de théologie morale, appuyée sur de nombreux passages de l’Écriture et des Pères ; la loi des douze Tables, Cicéron et Cujas y sont même cités, comme ils le sont souvent dans les ouvrages de Leys et dans d’autres du même genre. Pascal était documenté, ou par des mémoires que nous ne connaissons pas, ou par des collaborateurs qui lui fournirent des citations. Ainsi les textes des conciles qu’il allègue se retrouvent, sous la même forme et dans le même ordre, au mot homicide, dans un répertoire autographe d’Hermant, dont fait mention le testament du chanoine de Beauvais, et que possède M. A. Gazier. Le relieur a donné à ces trois volumes ce titre : « Collection de M. Hermant. » Cela ne prouverait-il pas que Pascal eut comme collaborateur l’ancien recteur de l’Université qui, principalement sur cette question de l’homicide, avait publié tant d’écrits utilisés par Pascal ?

Fouillou dit que le dessein de cette Provinciale est de Nicole, qui la revit chez M. Hamelin ; Goujet reproduit cette indication. Cette quatorzième Lettre fut imprimée par Langlois. On n’en connaît qu’une impression, mais au cours du tirage plusieurs modifications ont été apportées (voir surtout infra p. 144). Il semble que le texte que nous donnons soit le texte le plus ancien, et pourtant on trouve dans les exemplaires plus récents en apparence des corrections de ponctuation qui ne semblent guère heureuses. Le 27 octobre, cette Provinciale n’avait pas encore paru, comme le prouve la lettre à Perier que nous avons publiée, supra p. 94.

A. — LES « IMPOSTURES »

[NOUET]. — Response aux Lettres que les Jansenistes publient contre les Jesuites .

XI. IMPOSTURE . — Que les Jesuites favorisent les duels, parce que le P. Layman assure que si un soldat à l’armée,