Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/123

Cette page n’a pas encore été corrigée


VERS DE JACQUELINE PASCAL 107

Adorant tes desseins sur ceux dont tu fais choix

Pour signaler en eux ton pouvoir redoutable.

Ce mal inveteré faisant un grand progrés,

Sans que l’on penetrast dans tes divins secrets,

Obligea de quitter ce remede inutile ;

Apres quoy s’augmentant avec beaucoup d’excès,

Tu fis voir clairement par ce triste succés

Combien la guerison en estoit difficile.

X

Une enflure apparente à l’entour de son œil,

Commençant au-dessous, atteignoit la paupiere,

Et son aspre douleur, s’opposant au sommeil,

La laissoit sans dormir presque la nuit entiere.

Que si, pour luy donner quelque soulagement,

On pressoit la tumeur quelque peu seulement,

Il sortoit trois ruisseaux de cette source impure,

Le visage au dehors s’en trouvoit tout gasté,

Et ¹tout le dedans mesme en estoit infecté,

Ce mal en l’os pourri s’estant fait ouverture.


XI

L’horrible infection de cette estrange humeur,

Jettant de toutes parts une odeur empestée,

On ne pouvoit juger sans beaucoup de ferveur

Que cette puanteur peust estre supportée.

______________________________________________

1. G. mesme le dedans.