Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/455

Cette page n’a pas encore été corrigée


RÉCITS DU MIRACLE DE LA SAINTE ÉPINE 339

son teint, qui estoit pâle et plombé, devint vif et clair autant qu’elle l’eut jamais.

....La discipline de cette maison, qui observe toujours un fort grand silence, et qui le redouble encore pendant le sacré temps de Caresme, où elles n’ont pas mesme entr’elles de conférences communes, comme en un autre temps, fit que la nouvelle de cette guerison miraculeuse ne s’y repandit que peu à peu. Les unes la sceurent seulement le lendemain, les autres trois jours aprés, les autres au bout de huit, et il s’en trouva quelques-unes qui l’ignoroient encore quinze jours aprés.

Mais ce qui est plus remarquable est que la Mere Prieure, à qui la Relique avoit esté adressée, laissa passer une semaine entiere sans en faire rien sçavoir à cet Ecclésiastique son parent, qui la luy avoit envoyée. Neanmoins après ces huit jours [31 mars] elle pensa que le respect qu’elle luy devoit, l’obligeoit à luy en donner advis par une lettre, dont j’ay creu d’autant plus devoir rapporter icy les propres paroles, que M. de la Poterie envoyant quelque temps aprés la mesme Relique aux Religieuses Ursulines, il leur envoya aussi l’original de cette lettre, les priant de la lire avant que d’honorer cette sainte Espine....

Monsieur mon cousin,

Je n’ay pû encore vous remercier de la bonne pensée que vous avez eue de nous favoriser de la veuë de vostre sacré Reliquaire. Il paroist que c’a esté par une inspiration de Dieu, qui en vouloit tirer un effet merveilleux, dont je vous dois informer, quoy que nous n’ayons pas dessein de le faire sçavoir à personne. Elle luy fait ensuite une breve relation du miracle que M. Dalencé fameux Chirurgien en venoit de faire ce mesme jour. Et elle finit par ces mots. Voilà, Monsieur, une attestation bien certaine de vostre Relique, dont il a pleu à Dieu de nous consoler : et je le prends pour un presage qu’il veut guerir nos ames et les sanctifier par les espines des persecutions dont on nous menace.

Le Lecteur jugera par ces lignes si modestes, avec quelle disposition on a receu cette grace à Port-Royal. Cet Eccle-