Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/342

Cette page n’a pas encore été corrigée


236

OEUVRES

une impunité entiere dans tous leurs crimes, qui leur donne la licence de se deborder en toutes sortes d’excez, sans avoir sujet de rien craindre ; puisque quand mesme il y auroit un Dieu, comme il n’est que trop vray pour eux qu’il yen a un, il ne pourroit pas les punir de ce qu’ils auroient fait estant Athées, et ne croyant pas qu’il y eut de Dieu ? [p. 255].

M. le Moine dira peut-estre, qu’à la verité ce seroit une folie de s’imaginer, que celuy qui ne croit pas en Dieu puisse prier Dieu, contre la parole de S. Paul 1, et encore une plus grande folie de croire, qu’il ne fust jamais tenté de commettre aucun peché, qu’il n’eust un mouvement de prier Dieu, afin qu’il l’empeschast de le commettre. Mais qu’il suffit que Dieu donne à cet Athée à chaque fois qu’il est tenté de pecher, un mouvement et une inspiration de croire en luy, à laquelle s’il consentoit il luy en donneroit une de le prier. C’est la seule response qu’il peut faire, mais qui est si ridicule que je ne sçaurois croire qu’il l’ose faire [p. 256].

Car I. il s’ensuivroit tousjours de là, que jamais Athée ne commettroit aucun peché sans penser à Dieu, estant clair que nul ne peut avoir une inspiration de croire en Dieu, qu’il ne pense à Dieu.... Or qui seroit l’homme pour extravagant qu’il pust estre, qui oseroit soustenir cette extravagance, que ce qui n’arrive pas aux plus gens de bien, d’avoir tousjours Dieu en l’esprit, soit en faisant de bonnes œuvres, soit en commettant des fautes, ne manque jamais d’arriver aux plus impies et aux plus scelerats de tous les hommes, toutes les fois qu’ils s’abandonnent aux déreglemens de leurs passions, qui est de ne le faire jamais sans penser à Dieu, lors mesme que nous supposons qu’ils ne croyent pas en Dieu ? [p. 256].

p. 975. Art XVIII. — III. Exemple . Des Idolatres . — IV . Exemple. Des crimes commis par les Idolatres en l’honneur de leurs Dieux.

_______________________________________________________________

1. Arnauld avait cité plus haut cette parole, Rom. X, 14 : Quomodo invocabunt in quem non credidernnt.