Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/316

Cette page n’a pas encore été corrigée


210 ŒUVRES

approbateurs ; et je prens celuy de vous informer des nouvelles de la censure.

Je vous avouë Monsieur, qu’elle m’a extremement surpris. J’y pensois voir condamner les plus horribles heresies du monde ; mais vous admirerez comme moy, que tant d’éclatantes preparations se soient aneanties sur le point de produire un si grand effet.

Pour l’entendre avec plaisir, ressouvenez-vous je vous prie des estranges impressions qu’on nous donne depuis si long-temps des Jansenistes. Rapellez dans vostre memoire les cabales, les factions, les erreurs, les schismes, les attentats qu’on leur reproche depuis si long-temps 1 . De quelle sorte on les a décriez et noircis dans les chaires et dans les livres ; et combien ce torrent qui a eü tant de 2 violence et de durée estoit grossi dans ces dernières années, où on les accusoit ouvertement et publiquement, d’estre non seulement heretiques et schismatiques, mais apostats et infidelles, de nier le mystere de la transsubstantiation, et de renoncer à Jesus-Christ et à l’Evangile.

Ensuite de tant d’accusations si 3 atroces on a pris le dessein d’examiner leurs livres pour en faire le jugement. On a choisi la seconde Lettre de M. Arnauld qu’on disoit estre remplie des plus 4 detes-

_____________________________________________________________

1. Pascal reviendra sur toutes ces attaques dans la seizième Provincial, et dans la dix-huitième.

2. P’. [violences].

3. A 2 B. [surprenantes].

4. A 2 B. [grandes].