Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/290

Cette page n’a pas encore été corrigée


184 ŒUVRES

nullité de tout ce qui s’y est fait et s’y fera cy-apres, et de se pourvoir au contraire ainsi et quand il le trouvera bon estre : dont il a requis acte ausdits Notaires...

Censure de la Sacrée Faculté de Theologie de Paris, contre un Livre intitulé, Seconde Lettre..... A Paris, chez Gaspard Meturas, ruë S. Jacques, à l’enseigne de la tres-sainte Trinité, 1656, avec privilège du Roy, 10 p. in-4° 1 .

Depuis quelques mois Maistre Antoine Arnauld Docteur de Sorbonne ayant escrit en François, et publié une certaine Lettre, sous ce titre, Seconde Lettre de Monsieur Arnauld... Maistre Denys Guyart Syndic, le quatrieme du mois de Novembre de la mesme année 1655. dans l’Assemblée Generale de la sacrée Faculté de Theologie de Paris, en Sorbonne, aprés la messe du saint Esprit celebrée à l’ordinaire; a dit que des personnes de pieté et de doctrine avoient remarqué en cette Lettre, des choses qui ne sont pas seulement contre l’autorité du Pape, et des Evesques, mais aussi contre la Foy Catholique, et les Decrets de la Faculté. A quoy ladite Faculté voulant pourvoir au plustost et serieusement, a commis six Docteurs, avec Monsieur le Doyen et Monsieur le Syndic, pour lire et examiner cette Lettre ; lesquels aprés avoir travaillé à cet examen pendant le mois de Novembre avec soin et diligence, et conferé souvent entre eux sur ce sujet ; le premier du mois de decembre de cette mesme année 1655. en l’Assemblée Generale de la Faculté tenue à la manière cy-dessus, ont rapporté, qu’entre autres choses qu’ils ont trouvé dans cette Lettre tres-dignes d’estre censurées, ils y en ont principalement remarqué quelques-unes, qui pour plus grande clarté et brièveté sembloient pouvoir se

_____________________________________________________________

1. Cette censure avait été votée dans l’assemblée du 31 janvier, et les termes en avaient été approuvés le Ier février; elle ne fut imprimée que le 17 ; on la cria dans les rues à partir du 22. Arnauld en avait une copie depuis longtemps. Elle était rédigée en latin; mais il en parut aussitôt une traduction officielle.