Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/272

Cette page n’a pas encore été corrigée


166 ŒUVRES

Tout ce qu’il y a de personnes au monde entendent le mot de suffisant en un mesme sens, les seuls nouveaux Thomistes l’entendent d’une 1 autre. Toutes les femmes, qui font la moitié du monde, tous les gens de la Cour, tous les gens de guerre, tous les Magistrats, tous les gens de Palais, les Marchands, les Artisans, tout le Peuple ; enfin toutes sortes d’hommes, excepté les Dominicains entendent par le mot de suffisant ce qui enferme tout le necessaire. 2 Personne n’est averty de cette singularité. On dit seulement par toute la terre, que les Jacobins tiennent que tous les hommes ont des graces suffisantes : Que peut-on conclurre 3 sinon, qu’ils tiennent que tous les hommes ont toutes les graces qui sont necessaires pour agir, et principalement en les voyant joints 4 d’interests et d’intrigue avec les Jesuites qui l’entendent de cette sorte. L’Uniformité de vos expressions, jointe à cette union de party, n’est-elle pas 5 une interpretation manifeste, et une confirmation de l’uniformité de vos sentimens ?

Tous les fidelles demandent aux Theologiens, quel est le veritable estât de la nature depuis sa corruption. Saint Augustin et ses disciples respondent, qu’elle n’a plus de grace suffisante, qu’autant qu’il

______________________________________________________________

1. sic dans trois exemplaires différents de P. et P’ ; PA 1 [d’un] A 2 B. [en un].

2. A 2 B. [Presque] personne.

3. A 2 B. [de là] si-non.

4. P’. [et].

5. W. ajoute : vel invitis vobis.