Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/209

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lique ; sinon il sera Janseniste, et partant heretique. Il ne l’appelle, luy dis-je, ni prochain, ny non prochain : Il est donc heretique, me dit-il : demandez-le à ces bons Peres. Je ne les pris pas pour juges ; car ils consentoient… »

Z. « Allons donc doucement, Distingo, s’il appelle ce pouvoir, pouvoir prochain, il sera Thomiste, et partant Catholique ; sinon il sera Janséniste, et partant heretique. Il ne l’appelle, luy dis-je, ny prochain, ny non prochain : Il est donc heretique, me dit-il, demandez-le à ces bons Peres. Je ne les pris pas pour juges, car ils consentoient… »

Enfin et surtout, il y a des variantes de texte, les seules que nous reproduirons en notes[1] : page 122, Z, Z 2, Z 3 ont les eût veües, et les autres exemplaires, les y eût veües ; — page 124, Z a aussi importante, et les autres, aussi peu importante ; — page 128, V a serait-il possible, et les autres, seroit-il bien possible ; — page 130, X, X 2, X 3, X 4 ont je le leur, et les autres, je leur ; — Y, Z, Z 2 Z 3 ont la fin, et les autres, le fin ; — Z, Z 2, Z 3 ont qu’il y a, et les autres, qui est ; — Va remarquer, et les autres, marquer ; — page 137, Z a qui determine, et les autres et qui détermine ; — page 138, tous les exemplaires ont ce texte peu acceptable pour la suite des idées : Monsieur le Moine appelle…, et X 4 l’a corrigé ainsi Monsieur le Moine et nous appelions… ; — page 142, X 2, X 3, X 4 ont est-ce que le mot, et les autres, est-ce que ce mot ; — page 144, X 3, X 4 ont l’aulhorité laquelle luy…, et les autres, l’authorité qui luy

Le Journal de d’Asson de Saint-Gilles nous dit qu’il y eut vers le 30 mars 1606 une réimpression des deux premières Provinciales faite par l’imprimeur Langlois ; et nous savons que, dès le début, ces lettres étaient imprimées en divers endroits à la fois et qu’un même imprimeur possédait le plus

  1. Nous avons été guidés dans notre travail par l’édition de Molinier, et nous l’avons complété grâce à l’exemplaire du British Museum, C. 53 d. 10, signalé par M. Albert Maire, où Basse avait noté avec le plus grand soin les résultats de l’étude de plus de cinquante exemplaires des Provinciales. Le catalogue de la collection de Basse se trouve dans le Supplément au Bulletin du Bibliophile, année 1878.