Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/198

Cette page n’a pas encore été corrigée


94 ŒUVRES

traires à ceux de ce grand Docteur 1 , non seulement l’esprit de la verité chrestienne, mais celuy de la charité et de l’unité catholique les avoit conduits dans la defense d’une doctrine si sainte, et que la solidité de leur foy avoit la pesanteur des grains de froument, selon le langage des Peres, et non la legereté de la paille ; puisque tous ces vents et ces tourbillons n’avoient pu, non seulement tirer de leurs bouches et de leurs plumes le moindre murmure et les moindres plaintes, ny émouvoir tant soit peu leur patience, mais les avoit plustost affermis et comme fixez dans l’aire sacrée de Jesus-Christ qui est l’Eglise, par l’immobilité avec laquelle ils ont soustenu cette tempeste.

p. 130. Mais pourquoy donc, disent-ils, a-t-on fait deux Apologies pour Jansenius? Parce qu’on a creü qu’il y alloit de l’interest de Dieu et de l’honneur de l’Eglise de ne pas souffrir que sous le nom de Jansenius on fist passer en pleine chaire les plus constantes maximes de la doctrine celeste de S. Augustin pour des impietez et des heresies : qu’on les combattist par des anathemes de faux Conciles, par des ignorances grossieres dans l’histoire Ecclesiastique, par des passages de l’Escriture ou falsifiez dans les paroles, ou corrompus dans le sens : et qu’on imposast en plusieurs points des heresies et des erreurs à un Evesque qui a esté tres eloigné de les enseigner 2 : qui a tousjours vescu et est mort dans la communion de l’Eglise catholique, et qui a mesme très-fortement et tres-glorieusement deffendu l’Eglise contre les heretiques de ce temps.

p. 149. Apres tous ces exemples de l’histoire Ecclesiastique 3 se pourra-t’il trouver Monseigneur quelqu’un assez

_______________________________________________________________

1. C’est ici la première proposition, de fait.

2. Seconde proposition.

3. Ces exemples ont été repris par Pascal dans les 17e et 18e Provinciales.