Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/195

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES CINQ PROPOSITIONS D ARNAULD 91

et de « fallace ». D’autres traitaient plus nettement la question de savoir si Arnauld et ses amis devaient être tenus pour hérétiques. Un Docteur Catholique, dans une Lettre à une Dame de Condition, du 4 avril, se contentait de déclarer que les Jansénistes resteraient suspects d’hérésie et de mépris du pape tant qu’ils n’auraient pas rétracté les erreurs de Jansénius qu’ils avaient soutenues jusque-là. Un abbé, dans sa seconde Lettre à Monsieur Arnauld, du 19 avril, en appelait au jugement de la Sorbonne : « La Faculté de Theologie de Paris, dont le sçavoir et la vertu sont en veneration à toute la Chrestienté, s’est publiquement declarée contre la doctrine de cet Autheur [Jansénius], à laquelle vous n’avez encore jamais voulu renoncer nettement ; et les Docteurs particuliers qui en petit nombre se sont laissez surprendre au faux lustre de ces principes, sentent tous les jours le coup du deplaisir que cette illustre compagnie en reçoit. » Enfin parut, le 26 mai 1655, avec privilège du Roi, la Response à quelques demandes, dont l’éclaircissement est necessaire au temps present. Parle P. François Annat, de la Compagnie de Jesus et confesseur de sa Majesté, 29 demandes, 55 p. in-4°, sorte de réquisitoire où l’on pouvait lire que les Jansénistes sont hérétiques, qu’il faut fuir leur conversation, souhaiter qu’ils se retranchent eux-mêmes de l’Église, et les assimiler aux Calvinistes.


III. — LA SECONDE LETTRE D’ARNAULD A UN DUC

ET PAIR.

La seconde lettre d’Arnauld avait pour but de répondre à ces divers « champions » et à tous leurs arguments. Elle parut sous ce titre: Seconde Lettre de Monsieur Arnauld, Docteur de Sorbonne, à un Duc et Pair de France. Pour servir de response à plusieurs Escrits, qui ont esté publiez contre sa premiere Lettre ; sur ce qui est arrivé à un Seigneur de la Cour dans une Parroisse de Paris, lettre datée « De Port-Royal des Champs, le 10. de Juillet 1655. », 254 pages in-4° dans la première édition. Le destinataire était le duc de Luynes, ami du duc de