Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/177

Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE DE JACQUELINE PASCAL 73

bon que la plus grande menace qu’on leur puisse faire soit de les chasser ; et pour cela il faut que vous leur procuriez de bons gages et un bon traitement ; car c’est par là qu’il les faut captiver d’abord jusqu’à ce que l’affection succède à l’interest.

Pour venir à bout d’une partie de ces choses, il faut que vous preniez l’habitude de les appeler de fois à autres dans votre cabinet, une fois toutes les semaines plus ou moins, chacun en particulier, et là leur demander compte de leur creance et de leur maniere de prier Dieu, et leur expliquer fort brevement les principaux articles de la foy et s’arrester plus sur la morale qu’il en faut tirer : comme de l’unité de Dieu dans la trinité des personnes divines ; leur faire entendre comme quoy, dans la multiplicité des objets et des affaires de la terre, nous ne devons avoir qu’un amour, un desir et un necessaire qui doit regler tout le reste. Sur les misteres de l’Incarnation et de l’Eucharistie, leur faire voir l’obligation d’aimer et d’imiter celuy que nous adorons, etc., leur faire apprendre les commandemens de Dieu et de l’Eglise, et leur faire entendre qu’ils s’etendent bien plus loin qu’on ne pense d’ordinaire. Monsieur de Rebours est aussi entierement d’avis que vous ne manquiez pas de les faire prier Dieu en commun devant vous, tous les soirs.