Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/171

Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE DE JACQUELINE PASCAL 67

dre incommodité de se lever à cinq heures du matin ; et comme si Dieu vouloit qu’il joignist le jeusne à la veille, pour braver toutes les regles de la medecine qui luy ont tant defendu l’un et l’autre, le souper commence à luy faire mal à l’estomac, de sorte que je croy qu’il le quittera. Il n’a rien perdu à sa directrice, car M. S[inglin], qui a demeuré en cette ville pendant tout ce tems, luy a pourvu d’un directeur 1 dont il n’avoit nulle connoissance, qui est un homme incomparable dont il est tout ravy, aussi est-il de bonne race. Il ne s’ennuyoit point là, mais quelques affaires l’ont obligé de revenir contre son gré ; et pour ne pas tout perdre, il a demandé une chambre ceans où il demeure depuis jeudy 2 sans qu’on sçache chez luy qu’il est de retour. Il ne dit à personne où il alloit lorsqu’il partit, qu’à Mme Pinel 3 et à Duchesne qu’il menoit. On s’en doute neanmoins un peu, mais par pure conjecture. On dit qu’il s’est fait moine, d’autres hermite, d’autres qu’il est à Port-Royal. Il le sçait et ne s’en soucie gueres : voilà où les choses en sont.

Je l’ay toujours vu jusqu’icy dans une si grande crainte qu’on sçut rien de tout cela que je n’avois pas mesme osé luy proposer de vous en rien mander. Enfin je luy en ecrivis quelques jours devant son retour ; il me respondit que si on luy ordonnoit de le faire il le feroit, mais que par luy-mesme il ne s’y pouvoit resoudre parce qu’il se voyoit si peu avancé qu’il ne sçavoit du tout que vous dire : que si je trouvois qu’il y eust matiere d’escrire, il consentoit volontiers que je vous escrivisse, mais que pour luy il ne voyoit rien à mander. Sur cela je commençay

____________________________________________________________

1. Le Maître de Saci, neveu d’Arnauld.

2. C’est-à-dire: depuis le 21 janvier.

3. Françoise Delfaut, sœur de l’ancienne domestique d’Etienne Pascal. Elle était encore au service de Pascal en 1662.