Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/149

Cette page n’a pas encore été corrigée


ENTRETIEN AVEC SACI 45

qu’elle soit instruite par son Createur mesme de son rang qu’elle ignore, la menaçant si elle gronde de la mettre au-dessous de toutes, ce qui est aussi facile que le contraire ; et ne luy donnant pouvoir d’agir cependant que pour remarquer sa foiblesse avec une humilité sincere, au lieu de s’elever par une sotte insolence. »

M. de Sacy se croyant vivre dans un nouveau pays et entendre une nouvelle langue, il se disoit en luy-mesme les paroles de Saint Augustin 1 : « O Dieu de vérité ! ceux qui sçavent ces subtilitez de raisonnement vous sont-ils pour cela plus agreables ? » Il plaignoit ce philosophe qui se piquoit et se dechiroit luy-mesme de toutes parts des epines qu’il se formoit, comme Saint Augustin dit de luy-mesme quand il estoit en cet estat 2 . Apres une assez longue patience, il dit à M. Pascal :

« Je vous suis obligé, Monsieur : je suis seur que si j’avois long temps leu Montaigne, je ne le connoistrois pas autant que je fais depuis cet entretien que je viens d’avoir avec vous. Cet homme devroit souhaitter qu’on ne le connust que par les recits que vous faites de ses escrits ; et il pourroit dire avec Saint Augustin : Ibi me vide, attende 3 . Je crois asseurement que cet homme avoit de l’esprit ; mais

_____________________________________________________________

1. Confessions, I. V, c. 4 (à propos des Manichéens) : Numquid, Domine Deus veritatis, quisquis novit ista, jam placet libi ?

2. Allusion à ce texte des Confessions, I. IV, c. XVI, § 2 : Falsitas enim erat, quam de te cogitabam, non veritas.... Jusseras enim, et ita fiebat in me, ut terra spinas et tribulos pareret mihi.

3. Saci fait sans doute allusion au songe de sainte Monique raconté dans les Confessions, I. III, c. XI, § I :..... [juvenem] admonuisse [eam], ut attenderet et videret, ubi esset illa, ibi esse et me. Quod illa ubi attendit, vidit me juxta se.... stantem. Ce songe était souvent commenté par les prédicateurs, peut-être était-il parfois présenté sous la forme d’un dialogue.