Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jusques à treize pieds prez du bas, et remply d’eau teinte insensiblement dans les treize pieds inferieurs qui restent.

4. Un siphon scaléne, dont la plus longue jambe est de cinquante pieds, et la plus courte de quarante-cinq, estant remply d’eau, et les deux ouvertures bouchées estans mises dans deux vaisseaux pleins d’eau, et enfoncées environ d’un pied, en sorte que le siphon soit perpendiculaire à l’horison, et que la surface de l’eau d’un vaisseau soit plus haute que la surface de l’autre, de cinq pieds : si l’on desbouche les deux ouvertures, le siphon estant en cet estat, la plus longue jambe n’attire point l’eau de la plus courte, ny par conséquent celle du vaisseau où elle est, contre le sentiment de tous les Philosophes et artisans ; mais l’eau descend de toutes les deux jambes dans les deux vaisseaux, jusques à la mesme hauteur que dans le tuyau precedent, en comptant la hauteur depuis la surface de l’eau de chacun des vaisseaux. Mais ayant incliné le siphon au dessous de la hauteur d’environ trente et un pieds, la plus longue jambe attire l’eau qui est dans le vaisseau de la plus courte ; et quand on le rehausse au-dessus de cette hauteur, cela cesse, et tous les deux costés desgorgent, chacun dans son vaisseau ; et quand on le rabaisse, l’eau de la plus longue jambe attire l’eau de la plus courte comme auparavant.

5. Si l’on met une corde de prez de quinze pieds avec un fil attaché au bout (laquelle on laisse longtemps dans l’eau, afin que s’imbibant peu à peu,