Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/64

Cette page n’a pas encore été corrigée


48 ŒUVRES

tesmoignoit l'envie que M"^ Descartes avoit de le voir, et Finstrument aussy. Mais nous prenions tout cela pour

civilité

Dis à M. DuméniP, si tu le vois, qu'une personne qui n'est plus mathématicien, et d'autres qui ne l'ont jamais esté, baisent les mains à un qui l'est tout de nou- veau. M. Ausoult t'expliquera tout cela ; je n'ay ni le temps ni la patience. Adieu, je suis, ma chère sœur, ta très humble et obéissante sœur et servante.

J. Pascal.

A Mademoiselle Perier, au logis de M. Pascal, con- seiller du Roy en ses conseils, derrière les murs St Ouen, à Rouent

��du >'uide ou par l'attraction, ou en gênerai par quelque autre cause plus forte que sa pesanteur, » Les principes du debvoir et des cognois- sances humaines, § 25. Manuscrit de Roberval, publié par Cousin, apud Fragments de philosophie cartésienne, i852, p. 2 49- Le manuscrit est actuellement à la Bibliothèque Nationale, Nouo. acq. franc., n^ 5175; voir le f'^ 5o. Dans le même recueil se trouve un fragment de notes qui exprime les mêmes idées, et que nous reproduisons en Appendice.

1. Halle de Monflaines, vide supra, t. I, p. 870.

2. La maison des Pascal à Rouen se trouvait donc ouest aujour- d'hui la place de l'Hôtel de Ville.

�� �