Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/58

Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE DE JACQUELINE PASCAL A SA SŒUR, MADAME PERIER.

��A Paris, ce mercredi 25 septembre 1Ç47.

Ma très chere sœur*,

J'ay différé à t'escrire parce que je voulois te man- der tout au long l'entrevëue de ]\r Descartes et de mon frere, et je n'eus le loisir hier de te dire que di- manche au soir M"" Habert vint icy accompagné de M' de Monligny, de Bretagne, qui me venoit dire au deffaut de mon frere qui estoit à l'Eglise, que M. Des- cartes, son compatriote et intime amy, luy avoit fort tesmoigné avoir envie de voir mon frere, à cause de la grande estime qu'il avoit tousjours ouy faire de M. mon père et de luy, et que pour cet effet il l'avoit prié de venir voir s'il n'incommoderoit point mon frere, par ce qu'il sçavoit qu'il estoit malade, en venant céans le lendemain à neuf heures du matin. Quand M"" de Montigny me proposa cela, je fus assez empeschée de respondre, à cause que je sçavois qu'il a peine à se

��I. Suscription et date données par Faucjere, Lettres, Opuscules, etc. d'après le second recueil du père Guerrier.

�� �