Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/499

Cette page n’a pas encore été corrigée


CORRESPONDANCE DE PASCAL ET DE M. DE RIBEYRE 479^

Thèses qui furent dernièrement proposées dans le Collège de Montferrand, et qui vous ont esté dédiées, où il se fit un certain prologue, dont le principal dessein estoit d'imposer à toute l'assistance que je m'estois voulu dire l'auteur d'une expérience très fameuse qui n'est pas de mon invention. Voicy les termes de ce prologue, qui furent recueillis à l'heure mesme, et qui m'ont esté envoyez en substance :

Il y a de certaines personnes aynians la nouveauté, qui se veulent dire les Inventeurs d'une certaine expé- rience dont Toricelli est V Auteur, qui a esté faite en Pologne ; et nonobstant cela, ' [ces] personnes se la voulans attribuer, après l'avoir faicte en Normandie, sont venues là publier en Auvergne^.

Vous voyez, Monsieur, que c'est moy dont on a parlé, et qu'on m'a particulièrement designé, en spé- cifiant les Provinces de Normandie et d'Auvergne.

Je ne vous celé point. Monsieur, que je fus mer- veilleusement surpris d'apprendre que ce Père, que je n'ay point l'honneur de cognoistre, dont j'ignore le nom, que je n'ay aucune mémoire d'avoir jamais

��veilles leur liaison, outre qu'il y avoit de la parenté assés proche. Comme ils aymoient beaucoup l'un et l'autre les mathématiques, ils en faisoient aussi des estudes particulières et des expériences sur le vuide, etc. » (Lettre écrite de Clermont,\e i3 mars 1702, Bibliothèque Mazarine, 455 1).

1 . L'imprimé donne ses.

2. Ces thèses n'ont pas été retrouvées; M. Elie Jaloustre, qui a entrepris des recherches approfondies sur les Anciennes Écoles d'Au' vergue {Académie des Sciences et Belles Lettres de Clermont, 1881), estime, dans une communication bienveillante qu'il m'a faite, qu'elles «ont perdues.

�� �