Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/476

Cette page n’a pas encore été corrigée


456 OEUVRES

��Jésus est mort à la croix, eslevé au dessus de tout le monde, ayant sous ses pieds tout, et sa sainte Mère mesme.

J'apprends de là que mon cœur doit estre au dessus de toutes les choses de la terre, et que par cet eslevement d'esprit, qui n'est pas orgueilleux, mais céleste, je dois regarder comme au dessous de moy tout ce qu'elle a de plus grand et de plus aimable, parce que, comme je ne me dois glorifier qu'en la croix de mon Sauveur, je ne dois aussy rien estimer au'elle.

XI

Jésus a voulu tellement estre séparé de la terre en mou- rant, qu'il n'y tenoit que par l'instrument de son sup- plice, par où il y estoit nécessairement joint.

Cela m'apprend à regarder comme des supplices ce qui me contraint de prendre quelque part aux choses de la terre, et qu'il faut que la haine véritable que je conserve- ray dans mon cœur pour ces choses, en m'y soumettant neantmoins, fasse qu'elles me soyent vrayment une rude croix, afin que mourant au monde je ne tienne plus à la terre, comme mon Sauveur, que par l'instrument de mon supplice.

XII

Jésus est mort tout environné de douleurs et de playes horribles, et neantmoins la pensée de plusieurs^ est que ce

��I. Voir sur ce point l'Abrégé de la vie de Jésus-Christ de Pascal, aux paragraphes 286 et 294 ', dans ce dernier Pascal s'appuie sur l'autorité de Tertullien.

�� �