Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/449

Cette page n’a pas encore été corrigée


HYMNE TRADUITE EN VERS PAR JACQUELINE PASCAL 429

IV. 19 aoast 1650.

« Je viens de recevoir vostre lettre, et j'y fais response aus- sytost, en faveur de la fête de notre père saint Bernard, afin de nous joindre à vous en cette solemnité qui nous sera commune, quand il plaira à Dieu ^ Cependant, mâchera sœur, vous commencez d'estre sa fille, si vous préférez la volonté de Dieu au désir que vous avez d'estre de son ordre. Adressez vous donc à luy, et qu'il promette à Dieu pour vous que vous ne desirez rien dans le ciel et que vous ne voulez rien sur la terre, sinon qu'il soit le Dieu de vostre cœur et qu'il soit à jamais vostre seul et unique partage. Il n'y a point de religion, ma chère sœur, ni aucun genre de vie qui donne cela; et cependant, sans cette disposition, toute la pieté extérieure est vaine, et mesme l'intérieure qui consiste en des mouvements de dévotion, s'ils n'assujettissent entière- ment l'ame à Dieu, pour ne vivre que de sa volonté qui doit estre nostre nourriture, selon ce que dit Nostre Seigneur de luy mesme : « Ma viande est que je fasse la volonté de mon père. ».

« Pour cette personne il vous faut ramentevoir souvent cette vérité que si Dieu n édifie les âmes, on travaille en vain; c'est pour quoy il faut plus prier pour elles que non pas leur par- ler de Dieu, sinon par l'exemple qui est une sorte de lan- gage que tout le monde entend et qui instruit mieux que tous autres discours. »

V. 15 septembre 1650

« Il faut recevoir la response que M. votre père vous a faite comme un arrest de Dieu qui s'est réservé un autre temps pour vous faire la grâce d'accomplir ce qu'il vous a fait la grâce de désirer. Il y a des âmes qui seroient infidelles à Dieu si elles ne se hastoient d'exécuter les inspirations qu'il leur donne, et au contraire vous feriez une grande faute si

��I. Port-Royal était rattaché, comme on sait, à l'ordre de Citcaux, qui reconnaisssait en saint Bernard son fondateur (Voir Sainte- Beuve, Port-Royal, 5^ édit., i888, t. I, p. 44>

�� �