Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/291

Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE DÉTIENNE PASCAL AU P. NOËL 273

tendues, comme il nous l'a voulu faire croyre dans son Epistre dedicatoire, pourquoy dans tout son livret a-t il employé toute son industrie et toute la capacité que Dieu luy a donnée, à les réfuter toutes l'une aprez l'autre si sé- rieusement ? et pourquoy n'a t il pas essayé à les faire paroistre telles, lorsqu'il travailloit de propos délibéré à cette réfutation ? Et, d'autre part, si le père Noël a jugé en soy mesmes * que ces expériences fussent considérables et dignes d'une si sérieuse réfutation, pourquoy dans son Epistre a-t-il voulu les faire passer pour ridicules, fausses et mal entendues ? et pourquoy leur a t il donné tous ces fameux Epithetes en un lieu qui n'estoit pas destiné' à leur réfutation ?

C'est à vous, mon père, d'esclaircir le lecteur sur ce doute ; mais, en attendant, vous me permettrez de vous dire que ces expériences, si fausses, si mal entendues et si ridicules que vous ayez voulu les figurer, vous ont dé- sarçonné, c'est à dire, sans plus allegoriser, contrainct de sortir hors de l'Eschole et de la philosophie que l'on en- seigne dans le collège de Glermont ; vous l'avez trouvée dans l'impuissance de pouvoir résoudre les conséquences nécessaires de ces ridicules expériences ; il a fallu avoir recours à des forces estrangeres. Il faut advouer que vous avez de fidelles amis ; car en^ très peu de temps, vous avez tiré secours de bien loing ; on a veu, en très peu de temps, venir à vostre assistance la sphère de feu d'Aristote, la matière subtile de Monsieur des Cartes, la matière ignée, l'^ther, les esprits solaires et la légèreté mouvante. Voilà bien des puissances qui viennent à vostre assistance, des-

��1. [gu'eJJes].

2. [pour les re/ufer].

3. très en surcharge.

�� �