Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/245

Le texte de cette page n’a pas pu être entièrement corrigé, à cause d’un problème décrit en page de discussion.
229
GENERATIO CONISECTIONUM

quelques-unes, de la main de Tschirnhaus, se rapportent à des questions d’optique) nous trouvons diverses réflexions suggérées à Leibniz par la lecture des manuscrits de Pascal. Nous reproduisons ici les principaux passages de cette feuille. On y verra quelle importance Leibniz, d’après Pascal, attachait aux méthodes de transformation par projections.

La figure que nous donnons ci-dessous (fig. 15) est de Tschirnhaus. Elle ne s’accorde qu’imparfaitement avec le texte, d’ailleurs fort difficile à reconstituer.

Au bas de la feuille se trouve l’énoncé du problème de Pappus tel que le considère Pascal, avec une figure de la main de Leibniz.


CONICA PASCALIANA


« [Sit] BDC circulus… centro E infinite distans(?), circa


Fig. 15.


quem movetur recta AB faciens conicam superficiem. Planum secans HK dat Ellipsim : id planum nulli verticali parallelum… Sed planum RD verticalibus duobus parallelum intelligi potest, uni AS inferiori, alteri, ei ex diametro respondenti, superiori AT, excepto uno casu…, qui casus dat Hyperbolam ; nil refert RD per axem transeat nec ne. Excipe hunc unum casum quo duo verticales AT, AS, infinite parvam habent distantiam, seu coïncidunt in unum extremum… : tunc Hyperbola degenerat in Parabolam. Si Ellipsis, etiam in Parabolam, cum AK est infinita et AH finita.