Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/234

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
218
ŒUVRES

1654 : « … quand j’auray achevé des traitez geometriques où je travaille il y a desjà quelque temps. » D’autre part, parmi les papiers recueillis après la mort de Pascal, on trouva quelques fragments sur les coniques qui furent communiqués à Leibniz, en 1676 et dont l’un traitait de loco solido. « C’est pour ce sujet, dit Leibniz, que MM. Descartes et Fermat ont travaillé quand ils ont donné la composition du lieu solide, chacun à sa mode, Pappus leur en ayant donné l’occasion. » Il y a tout lieu de croire que les écrits signalés par Mersenne en 1644 et 1648 sont ceux-là mêmes qui étaient encore inachevés lorsqu’ils furent vus par Leibniz. Ces écrits sont aujourd’hui perdus. Nous n’en possédons qu’un, la Generatio Conisectionum, qui était, sans doute, le début du Traité des Coniques préparé par Pascal, et dont Leibniz avait fait prendre une copie complète (conservée à la Bibliothèque de Hanovre, vol. cité, Pascaliana ff. 1–9). Sur le reste du traité nous n’avons que quelques indications, émanant également de Leibniz : elles se trouvent dans une lettre adressée à Étienne Perier et dans des notes manuscrites, que nous allons successivement transcrire et analyser.


I


C’est par Oldenburg[1] que Leibniz avait connu l’existence des manuscrits de Pascal, et il est à plusieurs reprises question de ces manuscrits dans la correspondance des deux savants.

Le 6 avril 1673, Oldenburg annonce a Leibniz qu’il a entendu parler d’un traité inédit de Pascal relatif aux sections coniques, et il ajoute : « edocti fuimus a Bibliopola Parisiensi de Prex[2] manuscriptum id esse penes fratrem quemdam suum (Prexii) in Arvernia. Utinam id protrahi in lacem posset[2] » (Briefw. v. Leibniz m. Mathematikern t. I, p. 88). Ol-

  1. Cf. une étude de Gerhardt : Desargues und Pascal über die Kregelschnitten (Sitzungsber. d. K. Preussischen Akadem. d. Wissensch., 1892, I).
  2. a et b Le libraire Guillaume Desprez, rue S. Jacques.