Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/168

Cette page n’a pas encore été corrigée


152 ŒUVRES

montagne du Puy-de-Domme. D'ailleurs je vous diray que je pense, avec Roberval, que cela seroit entièrement inutile et que la mesme chose se trouveroit en haut qu'en bas » (Cité par Adam et Tannery, apud Œuvres de Descartes, t. V, p. io3). Il est donc bien vrai que dans son entourage immédiat Pascal ne trouvait aucun encouragement à l'entre- prise qu'il avoit conçue. Naturellement il a eu le sentiment que seul et contre l'opinion commune il avait formé le pro- jet de l'expérience, sans s'arrêter ni à la suggestion que Descartes avait cru lui avoir donnée, alors qu'il n'avait fait peut-être que l'approuver, ni au programme que Mersenne avait esquissé au travers des oscillations et des confusions de sa pensée et qui n'était oeut-être aussi que le reflet de la pensée de Pascal.

�� �