Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/128

Cette page n’a pas encore été corrigée


412 OEUVRES

le subject soit présent, soit absent. — Troisiesmement, que, sans miracle, tout composé de parties les unes hors des autres est corps : et je croy que, pour décider la question du vuide, il n'est pas besoin de recourir aux miracles, veuque nous presuposons que toutes vos expériences n'ont rien par dessus les forces de la nature. Mais revenons à vostre espace, où je ne voy ny parties, ny longueur, ny largeur, ny profondeur effective et réelle, s'il est l'immensité de Dieu, qui est pur esprit. Jesçay bien que, dansl'immagi- nation du geomettre, séparant la quantité de toutes ses conditions individuelles par une abstraction d'entende- ment, se retrouve un espace immobile ; mais tel espace, ainsy desnué de toutes ces circonstances, n'est quedans l'es- prit du geomettre, et ne peut estre ce vuide que vous dites paroistre dans ce tube, ny l'immensité de Dieu, quoy qu'on se la figure longue, large et profonde, selon nostre façon d'entendre jointe et attachée au corps. Je pense en avoir assez dict pour doubter s'il y a de l'espace vuide, et si, entre la matière et le corps, il y a d'autre différence qu'entre le corps qui est dans l'espace du geomettre, et celuy qui est dans le monde; celuy cy est matière maté- rielle, mobile effectif et réel ; et l'object de celuy là qui n'a qu'un estre' [intentionnel], et n'est que la ressemblance de l'autre, et par conséquent sans effect et sans mouve- ment. Neantmoins, puisque vous assurez l'existance de cet espace vuide, et m'apprenez dans vostre lettre que l'on ne doibt rien assurer sans des convixions,oudu sens, ou de la raison, je me persuade que vous en avez, les- quelles je ne voy pas, et partant je presupose l'existance

��I. Le manuscrit donne inventionnel qui me semble une faute du copiste. L'être intentionnel, dans la terminologie scolastique, corres- pond à ce que nous appellerions la représentation subjective.

�� �