Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/359

Cette page n’a pas encore été corrigée


ADVIS

Nécessaire à ceux qui auront curiosité de voir la Machine Arithmétique, et de s'en servir,

Amy lecteur, cet advertissement servira pour te faire sçavoir que j'expose au public une petite Ma- chine de mon invention, par le moyen de laquelle seule tu pourras, sans peine quelconque, faire toutes les opérations de l'Arithmétique, et te soulager du travail qui t'a souventes fois fatigué l'esprit, lorsque tu as opéré par le jetton ou par la plume : je puis, sans présomption, espérer qu'elle ne te déplaira pas, après que Monseigneur le Chancelier l'a honorée de son estime, et que, dans Paris, ceux qui sont les mieux versez aux mathématiques ne l'ont pas jugée indigne de leur approbation. Neantmoins, pour ne pas paroistre négligent à luy faire acquérir aussi la tienne, j'ay creu estre obhgé de t'eclaircirsur toutes les difficultez que j'ay estimé capables de choquer ton sens lorsque tu prendras la peine de la consi- dérer.

Je ne doute pas qu'après l'avoir veuë, il ne tombe d'abord dans ta pensée que je devois avoir expliqué par escrit et sa construction, et son usage, et que, pour rendre ce discours intelligible, j'estois mesme obhgé, suivant la méthode des Géomètres, de repré- senter par figures les dimensions, la disposition et

�� �