Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/33

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


complémentaires la Bibliothèque Nationale fournit des originaux : le Récit des conférences avec Saint Ange (il est revêtu de la signature de Blaise Pascal, mais le corps du récit est d’une écriture qui n’est pas la sienne, qui est probablement celle d’Halle de Monflaines) ; les lettres adressées à Mersenne, en particulier la lettre de Des Noyers sur l’expérience de Varsovie, la lettre de Hobbes sur le Plein du vide, que Tönnies a publiée en 1906 ; un fragment de Roberval, que M. Maihieu a signalé la même année. On y trouvera aussi des copies faites dès le XVIIe siècle : la lettre de Petit à Chanut sur l’Expérience de Rouen, les deux Narrations de Roberval sur le vide.

Gerhardt et Bodemann ont signalé à la Bibliothèque royale de Hanovre des copies, notes et figures, tirées par Leibniz des papiers mathématiques de Pascal, qu’il eut entre les mains lors de son séjour à Paris.

Aux Archives du Séminaire des vieux catholiques d’Amersfoort dont M. le Président Van Santen nous a fort libéralement et fort gracieusement accordé l’accès, nous avons trouvé une lettre inédite, qui nous paraît être de Jacqueline Pascal ; M. Gazier a bien voulu en collationner avec nous le texte sur une copie qu’il possédait dans un Recueil manuscrit.

Mais nous avons bien d’autres dettes envers M. Gazier ; il a mis à notre disposition divers manuscrits précieux : un texte de la Lettre sur la mort de M. Pascal le père qu’il a étudié dans sa très remarquable édition des Pensées, et un texte de la Relation écrit par Jacqueline Pascal le 10 juin 1653 dont Victor Cousin avait eu déjà communication. Tout en soupçonnant que ce pourrait bien être la reproduction de la version originale, Victor Cousin s’était borné à en tirer de nombreuses variantes. Après étude du manuscrit, nous avons été amené à faire