Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/266

Cette page n’a pas encore été corrigée


218 ŒUVRES

Seigneur, un cœur mesconnoissant

Ne peut pas paroistre innocent A votre sainte face. Est-il donc pas bien juste

Qu'esprise d'un divin brandon,

J'use de vostre mesme don Pour rendre compliment à vostre nom auguste?

Comme les torrents, les ruisseaux,

Les fleuves et toutes les eaux Retournent en la mer, lieu de leur origine,

Ainsi, grand Dieu! mes petits vers,

Sans souci de tout l'univers. Retourneront à vous, vous, leur source divine.

��STANCES POUR REMERCIER DIEU AU SORTIR DE LA PETITE VEROLE*.

Novembre 1638.

Moteur de ce grand univers, Inspirez moy de puissants vers, Envoyez moy la voix des anges, Non pas pour louer les mortels. Mais pour entonner vos louanges Et vous remercier au pied de vos autels.

Vostre souveraine bonté Du haut du ciel, a visité Le plus chetif ver de la terre, Et garanti du coup fatal Un corps plus fragile que verre. Parmi tous les excez d'un incroyable mal.

I. Vide supra, p. i48.

�� �