Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/262

Cette page n’a pas encore été corrigée


214 ŒUVRES

entre dans sa douzième année. Et si je les offre à Vostre Majesté; ce n'est ny pour leur acquérir sa protection contre l'envie et la trop grande sévérité des critiques, car ils ne méritent pas* ny envie ny censure ny protection, mais pour ce qu'ils sont véritablement vostres, ayant desjà eu l'honneur de les présenter à Vostre Majesté; et qu'aprez Dieu, de qui nous viennent toutes les lumières, il n'y a rien qui m'ait plus puissamment animée à la poésie que le^ désir d'employer le peu d'habitude qu'il luy a plu m'y donner à publier le contentement qu'a receu toute la France en la bénédiction dont la divine bonté a voulu combler vostre vertueuse et sacrée personne. Ainsy, quand je lui fais ce mauvais présent, je ne fais que luy donner ce qui luy appartient légitimement. C'est, Madame, ce qui me fait espérer qu'il sera receu de Votre Majesté avec la même douceur dont elle a daigné favoriser les originaux, et me donne l'asseurance de me dire, Madame,

De Vostre Majesté,*

La trez humble et trez obéissante servante et sujette,

Jacqueline Pascal'.

��I . Pas est omis, sans doute par un scrupule du copiste, dans le premier Recueil Guerrier.

3. Faugère donne plaisir, sans doute par erreur.

3. Faugère nous a conservé cette Note du père Guerrier: «J'ai transcrit cette épître sur l'imprimé dont le titre est : Vers de la petite Pascal, i638, sans nom d'imprimeur. Dans ce petit in-4°, j'ai trouvé les pièces suivantes, savoir : i» Sonnet à la reine sur le sujet de sa grossesse, présenté à S. M. — 2° Epigramme sur le mouvement que la reine a senti de son enfant, présenté aussi à S. M. — 3° Stances à la reine, pour remercier S. M. du bon accueil qu'elle a daigné faire aux vers précédents, présentées de même à S. M. — li° Epigramme à Mademoiselle, faite sur-le-champ par son commandement. — b° Autre epigramme à madame d'Autefort faite le même jour sur-le- champ, par le commandement aussi de Mademoiselle. — 6° Stances à madame de Morangis. »

�� �