Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/184

Cette page n’a pas encore été corrigée


136 BIOGRAPHIES

trouva l'estomac et le foye flétris, et les intestins gangre- nés, sans qu'on put juger précisément si ç'avoit esté la cause des douleurs de colique ou si c'en a voit esté l'effet. Mais ce qu'il y eut de plus particulier, fut à l'ouverture de la teste dont le crâne se trouva sans aucune sutui e que la ../, ce qui appiremment avait causé les grands maux de teste auxquels il avoit esté sujet pendant sa vie. Il est vray qu'il avoit eu autrefois la suture qu'on appelle fon- tale ; mais ayant demeuré ouverte fort longtemps pendant son enfance, comme il arrive souvent en cet âge, et n'ayant pu se refermer, il s'estoit formé un calus qui l'avoit en- tièrement couverte, et qui estoit si considérable, qu'on le sentoit aysement au doigt. Pour la suture coronale, il n'y en avoit aucun vestige. Les médecins observèrent qu'il y avoit une prodigieuse abondance de cervelle, dont la sub- stance estoit si solide et si condensée, que cela leur fit juger que c'estoit la raison pour laquelle, la suture fontale n'ayant pu se refermer, la nature y avoit pourvu par ce calus. Mais ce que l'on remarqua de plus considérable, et à quoy on attribua particulièrement sa mort et les der- niers accidents qui l'accompagnèrent, fut qu'il y avoit au dedans du crâne, vis-à-vis les ventricules du cerveau, deux impressions, comme du doigt dans de la cire, qui estoient pleines d'un sang caillé et corrompu qui avoit commencé de gangrener la dure mère.

��dit le P. Guerrier, ne se trouve pas imprimé dans la Vie de M. Pas- cal, mais seulement dans le Ms. de M^^^ Perier. » — Cela signifie, sans doute, que ce fragment a été pris dans les Souvenirs écrits par Marguerite, et non dans une rédaction, à nous inconnue de la Vie de Pascal par sa sœur.

I. Une lacune, que le P. Guerrier remplace par cette note : « Peut- être la Lambdoïde ou la Sagitalle. »

�� �