Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, IV.djvu/565

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Et, dit Georges en prenant un air presque respectueux avec le père Léger, vous habitez toujours l’Isle-Adam ?

— Oui, j’ai acheté Cassan.

— Eh bien ! je suis heureux d’avoir pris ce jour-ci pour faire la vallée de l’Oise, dit Georges. Vous pouvez m’être utiles, messieurs.

— En quoi ? dit monsieur Léger.

— Ah ! voici, dit Georges. Je suis employé de l’Espérance, une Compagnie qui vient de se former, et dont les statuts vont être approuvés par une ordonnance du roi. Cette institution donne au bout de dix ans des dots aux jeunes filles, des rentes viagères aux vieillards ; elle paie l’éducation des enfants ; elle se charge enfin de la fortune de tout le monde…

— Je le crois, dit le père Léger en souriant. En un mot, vous êtes courtier d’assurances.

— Non, monsieur, je suis inspecteur général, chargé d’établir les correspondants et les agents de la Compagnie dans toute la France, et j’opère en attendant que les agents soient choisis, car c’est chose aussi délicate que difficile que de trouver d’honnêtes agents…

— Mais comment donc avez-vous perdu vos trente mille livres de rentes ? dit Oscar à Georges.

— Comme vous avez perdu votre bras, répondit sèchement l’ancien clerc de notaire à l’ancien clerc d’avoué.

— Vous avez donc fait quelque action d’éclat avec votre fortune ? dit Oscar avec une ironie mêlée d’aigreur.

— Parbleu ! j’en ai malheureusement fait beaucoup trop… d’actions, j’en ai à vendre.

On était arrivé à Saint-Leu-Taverny où tous les voyageurs descendirent pendant qu’on relayait. Oscar admira la vivacité que Pierrotin déployait en décrochant les traits des palonniers pendant que son conducteur défaisait les guides des chevaux de volée.

— Ce pauvre Pierrotin, pensa-t-il, il est resté, comme moi, pas très avancé dans la vie. Georges est tombé dans la misère. Tous les autres, grâce à la Spéculation et au Talent, ont fait fortune… Déjeunons-nous là, Pierrotin ? dit à haute voix Oscar en frappant sur l’épaule du messager.

— Je ne suis pas le conducteur, dit Pierrotin.

— Qu’êtes-vous donc ? demanda le colonel Husson.

— L’entrepreneur, répondit Pierrotin.

— Allons, ne vous fâchez pas avec de vieilles connaissances, dit