Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, IV.djvu/406

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de notre réunion : il m’aura déshonorée par quelque amour de vieillard pour une courtisane ; et moi, j’aurai la honte perpétuelle d’être une chose au lieu d’être une Dame. Je ne serai pas la vertu, je serai le plaisir dans sa maison. Voilà les fruits amers d’une faute. Je me suis fait un lit conjugal où je ne puis que me retourner sur des charbons, un lit sans sommeil. Ici, j’ai des heures de tranquillité, des heures pendant lesquelles j’oublie ; mais dans mon hôtel, tout me rappellera la tache qui déshonore ma robe d’épousée. Quand je souffre ici, je bénis mes souffrances, je dis à Dieu : Merci ! Mais chez lui, je serai pleine d’effroi, goûtant des joies qui ne me seront pas dues. Tout ceci, monsieur, n’est pas du raisonnement, c’est le sentiment d’une âme bien vaste, car elle est creusée depuis sept ans par la douleur. Enfin, dois-je vous faire cet épouvantable aveu ? Je me sens toujours le sein mordu par un enfant conçu dans l’ivresse et la joie, dans la croyance au bonheur, par un enfant que j’ai nourri pendant sept mois, de qui je serai grosse toute ma vie. Si de nouveaux enfants puisent en moi leur nourriture, ils boiront des larmes qui, mêlées à mon lait, le feront aigrir. J’ai l’apparence de la légèreté, je vous semble enfant… Oh ! oui, j’ai la mémoire de l’enfant, cette mémoire qui se retrouve aux abords de la tombe. Ainsi, vous le voyez, il n’est pas une situation dans cette belle vie, où le monde et l’amour d’un mari veulent me ramener, qui ne soit fausse, qui ne me cache des piéges, qui ne m’ouvre des précipices où je roule déchirée par des arêtes impitoyables. Voici cinq ans que je voyage dans les landes de mon avenir, sans y trouver une place commode à mon repentir, parce que mon âme est envahie par un vrai repentir. À tout ceci, la Religion a ses réponses, et je les sais par cœur. Ces souffrances, ces difficultés sont ma punition, dit-elle, et Dieu me donnera la force de les supporter. Ceci, monsieur, est une raison pour certaines âmes pieuses, douées d’une énergie qui me manque. Entre l’enfer où Dieu ne m’empêchera pas de le bénir, et l’enfer qui m’attend chez le comte Octave, mon choix est fait.

» Un dernier mot. Mon mari serait encore choisi par moi, si j’étais jeune fille, et que j’eusse mon expérience actuelle ; mais là précisément est la raison de mon refus : je ne veux pas rougir devant cet homme. Comment, je serai toujours à genoux, il sera toujours debout ! Et si nous changeons de posture, je le trouve