Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, IV.djvu/380

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


allé voir la lumière de sa veilleuse, ou son ombre sur les rideaux de la fenêtre. Elle a quitté ma maison sans en vouloir emporter autre chose que sa toilette de ce jour-là. L’enfant a poussé la noblesse des sentiments jusqu’à la bêtise ! Aussi, dix-huit mois après sa fuite, était-elle abandonnée par son amant qui fut épouvanté par le visage âpre et froid, sinistre et puant de la Misère, le lâche ! Cet homme avait sans doute compté sur l’existence heureuse et dorée en Suisse et en Italie, que se donnent les grandes dames en quittant leurs maris. Honorine a de son chef soixante mille francs de rentes. Ce misérable a laissé la chère créature enceinte et sans un sou ! En 1820, au mois de novembre, j’ai obtenu du meilleur accoucheur de Paris de jouer le rôle d’un petit chirurgien de faubourg. J’ai décidé le curé du quartier où se trouvait la comtesse à subvenir à ses besoins, comme s’il accomplissait une œuvre de charité. Cacher le nom de ma femme, lui assurer l’incognito, lui trouver une ménagère qui me fût dévouée et qui fût une confidente intelligente, bah !… ce fut un travail digne de Figaro. Vous comprenez que, pour découvrir l’asile de ma femme, il me suffisait de vouloir. Après trois mois de désespérance plutôt que de désespoir, la pensée de me consacrer au bonheur d’Honorine, en prenant Dieu pour confident de mon rôle, fut un de ces poëmes qui ne tombent qu’au cœur d’un amant quand même ! Tout amour absolu veut sa pâture. Eh ! ne devais-je pas protéger cette enfant, coupable par ma seule imprudence, contre de nouveaux désastres ? accomplir enfin mon rôle d’ange gardien ? Après sept mois de nourriture, le fils mourut, heureusement pour elle et pour moi. Ma femme fut entre la vie et la mort pendant neuf mois, abandonnée au moment où elle avait le plus besoin du bras d’un homme ; mais ce bras, dit-il en tendant le sien par un mouvement d’une énergie angélique, fut étendu sur sa tête. Honorine fut soignée comme elle l’eût été dans son hôtel. Quand, rétablie, elle demanda comment, par qui elle avait été secourue, on lui répondit : — Les sœurs de charité du quartier, – la Société de maternité, – le curé de la paroisse qui s’intéressait à elle. Cette femme, dont la fierté va jusqu’à être un vice, a déployé dans le malheur une force de résistance que, par certaines soirées, j’appelle un entêtement de mule. Honorine a voulu gagner sa vie ! ma femme travaille !… Depuis cinq ans, je la tiens, rue Saint-Maur, dans