Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, IV.djvu/371

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


agitée, et où, dans un cercle oublié par Dante dans son Enfer, il naissait d’horribles joies.

Le Consul-Général fit une pause.

— Par un certain lundi, reprit-il, le hasard voulut que monsieur le Président de Grandville et monsieur de Sérizy, alors Vice-Président du Conseil-d’État, fussent venus tenir une séance chez le comte Octave. Ils formaient, à eux trois, une commission de laquelle j’étais le secrétaire. Le comte m’avait déjà fait nommer auditeur au Conseil-d’État. Tous les éléments nécessaires à l’examen de la question politique secrètement soumise à ces messieurs se trouvaient sur l’une des longues tables de notre bibliothèque. Messieurs de Grandville et de Sérizy s’en étaient remis au comte Octave pour le dépouillement préparatoire des documents relatifs à leur travail. Afin d’éviter le transport des pièces chez monsieur de Sérizy, président de la commission, il était convenu qu’on se réunirait d’abord rue Payenne. Le cabinet des Tuileries attachait une grande importance à ce travail, qui pesa sur moi principalement et auquel je dus, dans le cours de cette année, ma nomination de Maître des Requêtes. Quoique les comtes de Grandville et de Sérizy, dont les habitudes ressemblaient fort à celles de mon patron, ne dînassent jamais hors de chez eux, nous fûmes surpris discutant encore à une heure si avancée que le valet de chambre me demanda pour me dire : — « Messieurs les curés de Saint-Paul et des Blancs-Manteaux sont au salon depuis deux heures. » Il était neuf heures ! — « Vous voilà, messieurs, obligés de faire un dîner de curés, dit en riant le comte Octave à ses collègues. Je ne sais pas si Grandville surmontera sa répugnance pour la soutane. — C’est selon les curés. — Oh ! l’un est mon oncle, et l’autre est l’abbé Gaudron, lui répondis-je. Soyez sans crainte, l’abbé Fontanon n’est plus vicaire à Saint-Paul… — Eh bien, dînons, répondit le Président Grandville. Un dévot m’effraie ; mais je ne sais personne de gai comme un homme vraiment pieux ! » Et nous nous rendîmes au salon. Le dîner fut charmant. Les hommes réellement instruits, les politiques à qui les affaires donnent et une expérience consommée et l’habitude de la parole, sont d’adorables conteurs, quand ils savent conter. Il n’est pas de milieu pour eux, ou ils sont lourds, ou ils sont sublimes. À ce charmant jeu, le prince de Metternich est aussi fort que Charles Nodier. Taillée à facettes comme le diamant, la plaisanterie des hommes d’État est nette, étincelante et pleine de sens.