Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, IV.djvu/367

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


passion ; mais l’étude, le travail où il se plongeait ne lui suffisaient pas ; il se livrait en lui d’affreux combats dont quelques éclats m’atteignirent. Enfin, il laissait entendre de navrantes aspirations vers le bonheur, et me paraissait devoir être heureux encore ; mais quel était l’obstacle ? Aimait-il une femme ? Ce fut une question que je me posai. Jugez de l’étendue des cercles de douleur que ma pensée dut interroger avant d’en venir à une si simple et si redoutable question ! Malgré ses efforts, mon patron ne réussissait donc pas à étouffer le jeu de son cœur Sous sa pose austère, sous le silence du magistrat s’agitait une passion contenue avec tant de puissance, que personne, excepté moi, son commensal, ne devina ce secret. Sa devise semblait être : « Je souffre et je me tais. » Le cortége de respect et d’admiration qui le suivait, l’amitié de travailleurs intrépides comme lui, des présidents Grandville et Sérizy, n’avaient aucune prise sur le comte : ou il ne leur livrait rien, ou ils savaient tout. Impassible, la tête haute en public, le comte ne laissait voir l’homme qu’en de rares instants, quand, seul dans son jardin, dans son cabinet, il ne se croyait pas observé ; mais alors il devenait enfant, il donnait carrière aux larmes dévorées sous sa toge, aux exaltations qui, peut-être mal interprétées, eussent nui à sa réputation de perspicacité comme homme d’État. Quand toutes ces choses furent à l’état de certitude pour moi, le comte Octave eut tous les attraits d’un problème, et obtint autant d’affection que s’il eût été mon propre père. Comprenez-vous la curiosité comprimée par le respect ?… Quel malheur avait foudroyé ce savant voué depuis l’âge de dix-huit ans, comme Pitt, aux études que veut le pouvoir, et qui n’avait pas d’ambition ; ce juge, qui savait le Droit diplomatique, le Droit politique, le Droit civil et le Droit criminel, et qui pouvait y trouver des armes contre toutes les inquiétudes ou contre toutes les erreurs ; ce profond législateur, cet écrivain sérieux, ce religieux célibataire dont la vie disait assez qu’il n’encourait aucun reproche ? Un criminel n’eût pas été puni plus sévèrement par Dieu que l’était mon patron : le chagrin avait emporté la moitié de son sommeil, il ne dormait plus que quatre heures ! Quelle lutte existait au fond de ces heures qui passaient en apparence calmes, studieuses, sans bruit ni murmure, et pendant lesquelles je le surpris souvent la plume tombée de ses doigts, la tête appuyée sur une de ses mains, les yeux comme deux étoiles fixes et quelquefois mouillés de larmes ? Comment l’eau de cette