Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, III.djvu/476

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


caressait de ses belles mains, et qu’elle prenait sur ses genoux. Je ne regarde jamais Thisbé sans voir les mains de madame l’amirale.

— Avez-vous vu madame de Rochegude ? dit Calyste au chevalier.

— Non, répondit le chevalier. Il y a maintenant cinquante-huit ans que je n’ai fait attention à aucune femme, excepté votre mère qui a quelque chose dans le teint de madame l’amirale.

Trois jours après, le chevalier dit sur le mail à Calyste : — Mon enfant, j’ai pour tout bien cent quarante louis. Quand vous saurez où est madame de Rochegude, vous viendrez les prendre chez moi pour aller la voir.

Calyste remercia le vieillard, dont l’existence lui faisait envie ; mais, de jour en jour, il devint plus morose, il paraissait n’aimer personne, il semblait que tout le monde le blessât, il ne restait doux et bon que pour sa mère. La baronne suivait avec une inquiétude croissante les progrès de cette folie, elle seule obtenait à force de prières que Calyste prît quelque nourriture. Vers le commencement du mois d’octobre, le jeune malade cessa d’aller au mail en compagnie du chevalier, qui venait inutilement le chercher pour la promenade en lui faisant des agaceries de vieillard.

— Nous parlerons de madame de Rochegude, disait-il. Je vous raconterai ma première aventure.

— Votre fils est bien malade, dit à la baronne le chevalier du Halga le jour où ses instances furent inutiles.

Calyste répondait à toutes les questions qu’il se portait à merveille, et, comme tous les jeunes mélancoliques, il prenait plaisir à savourer la mort ; mais il ne sortait plus de la maison, il demeurait dans le jardin, se chauffait au pâle et tiède soleil de l’automne, sur le banc, seul avec sa pensée, et il fuyait toute compagnie.

Depuis le jour où Calyste n’alla plus chez elle, Félicité pria le curé de Guérande de la venir voir. L’assiduité de l’abbé Grimont, qui passait aux Touches presque toutes les matinées et qui parfois y dîna, devint une grande nouvelle : il en fut question dans tout le pays, et même à Nantes. Néanmoins il ne manqua jamais une soirée à l’hôtel du Guénic, où régnait la désolation. Maîtres et gens, tous étaient affligés de l’obstination de Calyste, sans le croire en danger ; il ne venait dans l’esprit d’aucune de ces personnes que ce pauvre jeune homme pût mourir d’amour. Le chevalier n’avait aucun exemple d’une pareille mort dans ses voyages ou dans ses souvenirs. Tous attribuaient la maigreur de Calyste au défaut de