Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de Blaise Pascal Hachette 1871, vol1.djvu/439

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’eucharistie. Comedes panem tuum[1]. Panem nostrum[2].

Inimici Dei terram lingent[3]. Les pécheurs lèchent la terre, c’est-à-dire aiment les plaisirs terrestres.

Singularis ego sum donec transeam[4]. Jésus-Christ avant sa mort étoit presque seul de martyr.

75. — Les deux raisons contraires. Il faut commencer par là : sans cela on n’entend rien, et tout est hérétique. Et même, à la fin de chaque vérité, il faut ajouter qu’on se souvient de la vérité opposée.

76. — Canoniques. Les hérétiques, au commencement de l’Église, servent à prouver les canoniques.

77. — Dieu (et les apôtres), prévoyant que les semences d’orgueil feroient naître les hérésies, et ne voulant pas leur donner occasion de naître par des termes propres, a mis dans l’Écriture et les prières de l’Église des mots et des sentences contraires pour produire leurs fruits dans le temps. De même qu’il donne dans la morale la charité, qui produit des fruits contre la concupiscence. Celui qui sait la volonté de son maître sera battu de plus de coups, à cause du pouvoir qu’il a par la connoissance. Qui justus est justificetur[5], à cause du pouvoir qu’il a par la justice. A celui qui a le plus reçu sera le plus grand compte demandé à cause du pouvoir qu’il a par le secours.

78. — République. La république chrétienne, et même judaïque, n’a eu que Dieu pour maître, comme remarque Philon juif, De la monarchie. Quand ils combattoient, ce n’étoit que pour Dieu ; ils n’espéroient principalement que de Dieu ; ils ne considéraient leurs villes que comme étant à Dieu, et les conservoient pour Dieu. I Paralip., xix, 13.

79. — La victoire sur la mort[6]. Que sert à l’homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme[7] ? Qui veut garder son âme, la perdra[8].

Je ne suis pas venu détruire la loi, mais l’accomplir[9]. Les agneaux n’ôtoient point les péchés du monde, mais je suis l’agneau qui ôte les péchés[10]. Moïse ne vous a point donné le pain du ciel[11]. Moïse ne vous a point tirés de captivité, et ne vous a point rendus véritablement libres[12].

80. — Saint Augustin a dit formellement que les forces seroient ôtées au péché. Mais c’est par hasard qu’il l’a dit ; car il pouvoit arriver que l’occasion de le dire ne s’offrît pas. Mais ses principes font voir que l’occasion s’en présentant, il étoit impossible qu’il ne le dît, ou qu’il dît rien de contraire. C’est donc plus d’être forcé à le dire l’occasion s’en offrant, que de l’avoir dit l’occasion s’étant offerte ; l’un étant de nécessité, l’autre de hasard. Mais les deux sont tout ce qu’on peu demander.

81. — Quand Auguste eut appris qu’entre les enfans qu’Hérode avoit fait mourir, au-dessous de l’âge de deux ans, étoit son propre fils, il

  1. Deut., viii, 9.
  2. Luc, xi, 3.
  3. Ps. lxxi, 9.
  4. Ps. cxi, 10.
  5. Apoc., xxii, 11.
  6. I Cor., xv, 57.
  7. Luc, ix, 25.
  8. Luc, ix, 24.
  9. Matth., v, 17.
  10. Jean, i, 29.
  11. Jean, vi, 32.
  12. Jean, viii, 36.