Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de Blaise Pascal Hachette 1871, vol1.djvu/400

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reconnu de tous ? ayant pouvoir d’insinuer dans tout le corps, parce qu’il tient la maîtresse branche, qui s’insinue partout ? Qu’il étoit aisé de faire dégénérer cela en tyrannie ! C’est pourquoi Jésus-Christ leur a posé ce précepte : Vos autem non sic[1].

L’unité et la multitude : Duo aut tres in unum. Erreur à exclure l’une des deux, comme font les papistes qui excluent la multitude, ou les huguenots qui excluent l’unité.


79.

Il y a hérésie à expliquer toujours omnes de tous, et hérésie à ne le pas expliquer quelquefois de tous. Bibite ex hoc omnes[2] : les huguenots, hérétiques, en l’expliquant de tous. In quo omnes peccaverunt[3] : les huguenots, hérétiques, en exceptant les enfans des fidèles. Il faut donc suivre les Pères et la tradition pour savoir quand, puisqu’il y a hérésie à craindre de part et d’autre.


80.

Tout nous peut être mortel ! même les choses faites pour nous servir ; comme, dans la nature, les murailles peuvent nous tuer, et les degrés nous tuer, si nous n’allons avec justesse.

Le moindre mouvement importe à toute la nature ; la mer entière change pour une pierre. Ainsi, dans la grâce, la moindre action importe pour ses suites à tout. Donc tout est important.

En chaque action, il faut regarder, outre l’action, notre état présent, passé, futur, et des autres à qui elle importe, et voir les liaisons de toutes ces choses. Et lors on sera bien retenu.


81.

Tous les hommes se haïssent naturellement l’un l’autre. On s’est servi comme on a pu de la concupiscence pour la faire servir au bien public. Mais ce n’est que feinte, et une fausse image de la charité ; car au fond ce n’est que haine[4].

Ce vilain fond de l’homme, ce figmentum malum, n’est que couvert ; il n’est pas ôté.


82.

Si l’on veut dire que l’homme est trop peu pour mériter la communication avec Dieu, il faut être bien grand pour en juger.


83.

L’homme n’est pas digne de Dieu, mais il n’est pas incapable d’en être rendu digne.

Il est indigne de Dieu de se joindre à l’homme misérable ; mais il n’est pas indigne de Dieu de le tirer de sa misère.


84.

... Les malheureux, qui m’ont obligé de parler du fond de la reli-

  1. Luc, xxii,26.
  2. Matth,xxvi,27.
  3. Rom. v, 12.
  4. On lit encore p. 419 du manuscrit : « Grandeur. Les raisons des effets marquent la grandeur de l’homme, d’avoir tiré de la concupiscence un si bel ordre. » Et, p. 405 : « Grandeur de l’homme dans sa concupiscence même, d’en avoir su tirer un règlement admirable, et en avoir fait un tableau de la charité. »