Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de Blaise Pascal Hachette 1871, vol1.djvu/352

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Tous ces passages ensemble ne peuvent être dits de la réalité ; tous peuvent être dits de la figure : donc ils ne sont pas dits de la réalité. mais de la figure. Agnus occisus est ab origine mundi[1].


7.

Figures. — Un portrait porte absence et présence, plaisir et déplaisir. La réalité exclut absence et déplaisir.

Pour savoir si la loi et les sacrifices sont réalité ou figure, il faut voir si les prophètes, en parlant de ces choses, y arrêtoient leur vue et leur pensée, en sorte qu’ils ne vissent que cette ancienne alliance ; ou s’ils y voyoient quelque autre chose dont elle fût la peinture ; car dans un portrait on voit la chose figurée. Il ne faut pour cela qu’examiner ce qu’ils en disent.

Quand ils disent qu’elle sera éternelle, entendent-ils parler de l’alliance de laquelle ils disent qu’elle sera changée, et de même des sacrifices, etc. ?

Le chiffre à deux sens. — Quand on surprend une lettre importante où l’on trouve un sens clair, et où il est dit néanmoins que le sens en est voilé et obscurci ; qu’il est caché, en sorte qu’on verra cette lettre sans la voir, et qu’on l’entendra sans l’entendre : que doit-on penser, sinon que c’est un chiffre à double sens, et d’autant plus qu’on y trouve des contrariétés manifestes dans le sens littéral ? Combien doit-on donc estimer ceux qui nous découvrent le chiffre, et nous apprennent à connoître le sens caché, et principalement quand les principes qu’ils en prennent sont tout à fait naturels et clairs ! C’est ce qu’a fait Jésus-Christ, et les apôtres. Il a levé le sceau, il a rompu le voile et découvert l’esprit. Ils nous ont appris pour cela que les ennemis de l’homme sont ses passions ; que le Rédempteur seroit spirituel ; qu’il y auroit deux avénemens, l’un de misère, pour abaisser l’homme superbe, l’autre de gloire, pour élever l’homme humilié ; que Jésus-Christ seroit Dieu et homme. Les prophètes ont dit clairement qu’Israël seroit toujours aimé de Dieu, et que la loi seroit éternelle ; et ils ont dit que l’on n’entendroit point leur sens, et qu’il étoit voilé.


8.

Jésus-Christ n’a fait autre chose qu’apprendre aux hommes qu’ils s’aimoient eux-mêmes, et qu’ils étoient esclaves, aveugles, malades, malheureux et pécheurs ; qu’il falloit qu’il les délivrât, éclairât, béatifiât et guérît ; que cela se feroit en se haïssant soi-même, et enle suivant par la misère et la mort de la croix.

Que la foi étoit figurative. Figures. — Voilà le chiffre que saint Paul nous donne. La lettre tue. Tout arrivoit en figures. Il falloit que le Christ souffrît. Un Dieu humilié. Circoncision de cœur, vrai jeûne, vrai sacrifice, vrai temple. Les prophètes ont indiqué qu’il falloit que tout cela fût spirituel.

Figures particulières. — Double loi, doubles tables de la loi, double temple, double captivité.

  1. « L’agneau a été immolé dès l’origine du monde. » Apocalypse, xiii, 8.