Nietzsche - Fragments posthumes : Septembre 1870 - Janvier 1871




Septembre 1870 - Janvier 1871
5. U I 3-3a. Heft. 125 fragments.



5 [1]Modifier

Pensées sur

« la tragédie et les

esprits libres »


« Und sollt' ich nicht, sehnsüchtigster Gewalt,

In's Leben ziehn die einzigste Gestalt ? » Faust.[1]

Automne 1870.


5 [2]

Nous ne devons redouter aucun gouffre de la réflexion, afin de trouver la tragédie près de ses mères.[2] Ces mères sont volonté, illusion, douleur [Wille, Wahn, Wehe].

22. Sept. 1870.


5 [3]

« Transformation et formation de la germanité par la musique. »


5 [4]

Goethe de Klopstock :

et pourtant il conduit lui-même la surépique croisade sur la colline du Golghota, pour honorer des dieux étrangers.


5 [5]

facultas lacrimatoria


5 [6]

Comme épigraphe, la phrase de Tite-Live :

« À notre époque, nous ne pouvons supporter ni nos vices, ni leurs remèdes. »[3]


5 [7]


Le fatum.
L'oracle.


5 [8]


1 Apollon et Dionysos.
2 Socrate et la tragédie.
3 La tragédie, construction, chœur, tétralogie
c.à.d. origine [Ursprung] essence dissolution.
L'esthétique aristotélicienne.


5 [9]

Introduction. Formation [Bildung] de la jeunesse d'après de nouveaux principes, avec l'aide du théâtre.

Protection contre le mépris de la religion. La formation savante [Die gelehrte Bildung] n'est d'abord possible qu'après les expériences, les événements, la conquète de visions du monde. « Quelques années d'hellénité. » La moralité est une condition, en particulier chez l'être allemand.

Ou chapitre de conclusion. Tragédie comme moyen de formation [Bildungsmittel].


5 [11]

Sophocle à propos d'Éros dans La République de Platon 3.[4]


5 [12]

Socrate dit de la poésie dramatique, Rép. X 4 : « Dépouillés de la coloration de la magie musicale et récités pour eux-mêmes selon la seule cadence — ils ressemblent alors aux visages des jeunes hommes, mais sans beauté, quand ils perdent l'éclat de la jeunesse. »


5 [13]
Sur Œdipe à Colone.

v. 7. Résignation apprise par le malheur, longue vie et âme noble.[5]


5 [15]

Platon fait d'importantes recherches sur la signification de l'ivresse et de la beuverie eu égard à l'élevage du peuple. 1er et 2e livres des Lois.[6]


5 [16]

Le chœur dans la tragédie comparé avec l'orchestre ?
La comparaison est rendue compréhensible par la généralité ? Comment ?


5 [20]

L'orchestre développe pour notre ouïe instruite les mouvements orchestiques des émotions, c'est la danse des sentiments rendue sensible [versinnlicht].


5 [22]

« La tragédie et les esprits libres. »

Considérations
sur
la signification éthico-politique

du drame musical.


5 [23]

Dépassement des Lumières et de ses principaux poètes.

L'Allemagne comme la Grèce marchant à rebours : nous avons atteint la période des guerres médiques.


5 [27]


Illusion [Wahn] de l'individu.

Amour de la patrie.
Confession.
Sexe. [Geschlecht.]
Science.
Libre arbitre.
Piété.


5 [29]

« Socrate, fais de la musique » comme chapitre de conclusion.[7]


5 [35]

Il est naïf de croire que nous pourrions jamais sortir de cette mer de l'illusion. La connaissance est complétement non-pratique.


5 [37]

« Homme » signifie « penseur » : là se trouve la folie.


5 [38]

Notre développement musical est l'engendrement [das Hervorbrechen] de la pulsion dionysiaque. Elle dompte [zwingt] peu à peu le monde : elle dompte l'art dans le drame musical, mais aussi la philosophie.

La musique entièrement saine — à côté de l'effrayante déchéance de la culture épique.


5 [39]

« L'homme ne conçoit jamais à quel point il est anthropomorphique », dit Goethe.[8]


5 [41]


Le drame musical et les esprits libres.


5 [42]

La tragédie et les esprits libres.

Considérations

sur

la signification éthico-politique

du

drame musical


5 [48]

L'apogée de notre civilisation épique c'est Goethe en Italie.


5 [51]

Religion et philosophie ont en Inde absordé tous les instincts pratiques. La connaissance comme intuition et instinct —


5 [52]

Idées fixes [Wahnvorstellungen], p. ex. le Saint-Sépulcre aux mains des incroyants.


5 [53]

Rigveda, Livre X, Hymn. 129.

« Et l'amour s'empara d'abord de l'Un,
Premier soleil créateur de l'ardeur spirituelle,
Méditant en leur cœur de sages voyants sentirent
L'ancien lien qui lie l'être au non-être. »


5 [75]

Partie I.
Instinct illusion et art.

Partie II.
Le drame musical.

Partie III.
Socrate et les esprits libres.


5 [76]

La volonté en tant qu'unique
L'intellect conscient.


5 [86]

L'unité de l'œuvre d'art dramatique —


5 [92]

Pensée et être ne sont en aucun cas la même chose. La pensée ne peut qu'être incapable d'approcher l'être et de le saisir.[9]


5 [125]

Socrate ne se fit pas initier aux Mystères.

RéférencesModifier

  1. Goethe, Faust II, 7438-7439.
  2. Voir Goethe, Faust II.
  3. [[Auteur:Tite-Live|]], Histoire romaine, préface : « [...] ad haec tempora quibus nec uitia nostra nec remedia pati possumus perventum est. »
  4. [[Auteur:Platon|]], La République, 329 b-d.
  5. « Qui accueillera aujourd'hui, avec de maigres dons, Oidipous errant, demandant peu et recevant moins encore ? ce qui me suffit cependant, car mes misères, le long temps et ma grandeur d'âme me font trouver que tout est bien. » Traduction Leconte de Lisle.
  6. [[Auteur:Platon|]], Lois I et II.
  7. Cf. Phédon, [[Auteur:Platon|]].
  8. Goethe, Maximes et réflexions, 203.
  9. [[Auteur:Parménide|]], Fragments : « car le pensé et l’être sont une même chose. »