Ouvrir le menu principal



XVIII.

HENRI VALMARE À M. LEMONTIER, À CHÊNEVILLE, PAR LYON.


Aix, 14 juin.

Émile est très-contrarié ce soir, et à sa place je le serais davantage, moi qui me pique de plus de sang-froid. C’est vous dire, monsieur et digne ami, que votre enfant prend beaucoup sur lui ; mais, comme il m’a dit de vous avoir écrit hier une très-longue lettre, je l’ai engagé à prendre du repos ce soir, et je me suis chargé de vous raconter avec exactitude nos pourparlers au manoir de Turdy.

Émile m’avait prié de l’y accompagner, pour donner, par la présence d’un témoin, plus d’autorité à sa démarche auprès du général. Le dîner s’est passé sans coup férir, bien que ce grand avaleur de sabres me parût plus rogue et plus cambré que les autres jours. Enfin, à l’heure bénévole où le guerrier modèle daigne fumer sa pipe sur la terrasse du vieux château, mademoiselle La Quintinie a emmené son grand-père, et nous avons pu porter la parole. Émile a parlé comme vous lui avez appris à parler, noblement, avec simplicité, franchise et délicatesse. Il a dit en résumé qu’il aspirait au bonheur d’épouser mademoiselle Lucie, et qu’il demandait à son père la permission de faire agréer ses soins ; à quoi le général a répondu :

« Mon cher monsieur, je ne vous dis pas non, mais je ne peux pas vous dire oui. Tout ceci s’est combiné d’une façon irrégulière, et je suis forcé de marcher dans la voie de l’irrégularité ouverte par vous et par monsieur le grand-père. Ordinairement, et dans la règle voulue, qui est toujours la meilleure, le postulant présente sa demande au chef de la famille. Je croyais être ce chef unique et seul compétent. Vous avez cru devoir conférer mon titre et mes attributions à M. de Turdy… Soit, la chose est faite ! M. de Turdy a bien voulu m’avertir de vos intentions, et ma fille m’a prié de vous écouter. Je vous écoute, mais je me demande si vous avez agi à mon égard d’une façon dont je doive me montrer satisfait, et si votre peu d’empressement à gagner ma confiance est un bon précédent pour nos futures relations. »

Émile, sans s’effaroucher de cette gracieuse mercuriale, s’est respectueusement justifié en démontrant que, sans la permission de mademoiselle La Quintinie, il n’avait pu se croire autorisé à formuler sa demande ; mais, le général paraissant ne pas comprendre qu’on pût aimer sa fille avant de le connaître, et s’adresser à elle-même au lieu d’aller demander aux autorités civiles ou militaires l’autorisation préalable, il n’y avait guère moyen de s’entendre. Émile a déployé là toute l’habileté possible pour ménager la susceptibilité du père sans compromettre sa propre dignité. Il a été évident pour moi que le général ne comprenait rien à la délicatesse de la situation, au dévouement romanesque d’Émile, et qu’il n’écoutait même pas ce qu’on lui disait, tant il était préoccupé du désir d’être désagréable et de décourager. Émile s’en apercevait fort bien aussi, mais n’en faisait rien paraître, et c’est avec le plus grand calme et la plus parfaite déférence qu’il a demandé une solution à ce que le général traitait de malentendu regrettable, comme s’il se fût agi d’arranger un duel et non un mariage.

Mis au pied du mur, le potentat nous a enfin octroyé une réponse à laquelle, pour mon compte, je ne m’attendais que trop.

« Passons l’éponge, a-t-il dit élégamment, sur le différend qui précède. Je persiste à dire que vous n’avez pas agi régulièrement, mais je ne vous suppose pas de mauvaises intentions, et j’accepte vos excuses. »

Ici, Émile est devenu rouge : il n’avait pas eu d’excuses à faire, il n’en avait pas fait, et j’ai cru devoir prendre la parole pour rétablir la vérité.

« Allons, soit ! a repris le général. Ne disons pas excuses, disons justification. Je m’en contenterais, s’il ne s’agissait que de moi ; mais mon incertitude porte sur quelque chose de plus grave, et dont je ne peux pas faire aussi bon marché. »

Et, après un peu d’embarras qu’il n’a pas su cacher, il a ajouté :

« J’irai droit au fait, et aussi franchement qu’un homme de guerre va au feu. Il m’a été dit que vous manquiez de religion, et je vous déclare que je ne donnerai jamais ma fille à un homme sans principes. »

Émile est devenu pâle. Il s’est remis vite et a répondu :

« Et moi, monsieur le général, je vous déclare que je me regarde comme un homme très-religieux et dont les principes sont très-sérieusement fixés, aussi bien en matière de religion qu’en matière d’honneur !

— Oh ! pour l’honneur,… je n’en doute pas, monsieur, je sais… Monsieur votre père et vous,… je sais, je rends justice… Excellente réputation, caractère à l’abri de tout reproche… Mais la religion, jeune homme, la religion ! Il en faut ! Point de famille sans religion ! C’est la base de la société, c’est le frein de la femme, la tranquillité du mari, l’exemple des enfants. Je sais que monsieur votre père,… je n’ai pas lu ses ouvrages, ils sont fort bien écrits, à ce qu’on m’assure : beaucoup d’érudition, et des convenances !… mais cela ne suffit pas. Il méconnaît l’autorité de l’Église, et sans autorité il n’y a pas de religion. Enfin, vous êtes une espèce de protestant, et je ne crois pas que ma fille consente jamais à un mariage mixte. L’hérésie, monsieur, est quelquefois plus dangereuse que l’athéisme. Elle est une révolte, et tout ce qui est rébellion, est licence… »

Je vous fais grâce du discours dont nous a régalés, vingt minutes durant, ce Mars-Prudhomme. Il a fallu y passer et entendre tout cela sans sourire et sans impatience. Nous avons fait merveille, Émile et moi. Je ne le croyais pas si patient, et je ne me savais pas si grave. Le plus beau de l’affaire, c’est que nous n’avons jamais pu obtenir une conclusion. Il s’est si bien embrouillé dans les feux de file, tantôt disant qu’il espérait la conversion d’Émile et la vôtre, tantôt se retranchant sur la prétendue incertitude de Lucie, greffant maximes sur axiomes et ne décidant rien, que nous avons pris le parti de nous retirer en lui disant que nous attendrions le résultat de ses réflexions. C’était une pauvre sortie ; mais nous étions enfermés dans un cercle vicieux, ou l’envoyer au diable, ou y être envoyés nous-mêmes ; et votre fils, qui ne veut pas compromettre sa cause et qui n’a pas été admis à la plaider, n’a d’espoir que dans la résolution de Lucie et la protection du grand-père.

Le plus triste de la soirée, c’est qu’Émile n’a pu échanger un mot avec mademoiselle La Quintinie. Le général a surveillé notre retraite de la façon la plus désobligeante, et nous voilà rentrés moins avancés qu’au départ. Si demain Émile n’obtient pas plus de lumière sur les intentions de l’homme de guerre, il vous demandera probablement de venir à son aide, et je crois que vous jugerez le moment opportun, car bien véritablement la jeune personne lui est très-attachée, et c’est une femme de mérite.

Agréez, cher et respecté ami, le dévouement sans bornes de votre

Henri.

P.-S. — Est-ce la peine de vous dire que j’accepte votre jugement sans appel, et que je ne me ferai pas imprimer avant le jour où vous me direz : « C’est bien ? » Mais, dans un temps où nous serons, vous et moi, moins préoccupés d’Émile, vous me permettrez de défendre cette jeune génération d’écrivains à laquelle vous accordez peut-être trop de talent et refusez trop la croyance. Si c’est pour développer en moi ce qu’il y reste de principes en dépit de la précocité de mon expérience, j’accepte le reproche pour moi et pour ceux de mon âge. Vous êtes bien capable de cela, vous, âme toute paternelle et maligne en diable en l’art de gâter les enfants ! Non, pourtant vous êtes plus naïf que nous ! Vous nous croyez plus forts que nous ne sommes. Nous prenons des airs de matamore sans le savoir. Il nous est passé tant de choses sous les yeux depuis le collége, que nous avons le goût perverti ; mais, si nous n’aimons pas le vrai avec le jugement, nous l’aimons avec l’instinct et nous aspirons à le saisir. Que voulez-vous ! nous sommes venus en ce monde à la male heure ! Nous avons vu finir et recommencer diverses choses si vite emportées, que nous n’avons pas eu le temps de les sentir, et je crois que l’on ne comprend bien que ce que l’on a senti soi-même. Vous ne pouvez nier que nous ne soyons éclos à la vie au milieu d’une grande corruption de principes ; nous ne pouvions donc nous développer par l’enthousiasme. Pour rester honnêtes, il nous a fallu avoir la volonté froide, et nous sommes froids comme de jeunes protestants. Il y a bien à cela quelque mérite ! Vienne le soleil qui nous réchauffera !… L’an 1900 est encore loin, mon ami ! Nous tâcherons de le hâter.

Mais c’est trop vous parler de moi, et j’en ai honte. Votre cœur a bien d’autres soucis que mon sot petit manuscrit, et j’admire votre bonté qui a trouvé le temps de le lire et de m’en parler, à moi qui n’y pensais plus !